mercredi 18 avril 2018

les gestes qui parlent


les  gestes de mon corps me surprennent et m'attendrissent. J'aime quand mon corps me raconte ce que mon esprit embrumé (pas que par l'alcool, je te vois venir...), chancelant de trop d'émotions, d'informations, n'arrive à m'avouer à moi même. Mon corps lui est simple, sans détour, il avoue.







J'étais sur le ventre allongée et fessée.
Ma main gauche est remontée en douce le long de mon corps 
pour saisir la clef offerte, 
accrochée à mon cou.
Elle l'a caressée, longtemps, entre le pouce et l'index.
Longtemps, avant que je ne m'en aperçoive.


7 commentaires:

  1. La rage des ciseaux croyant en l'éternité du marbre...
    L'insouciance des éphémères croyant à la magie des préludes...
    La clef offerte, qui jamais n'oublie de célébrer ses cultes...
    J'ai entendu courir l'eau, longtemps avant que je ne m'en aperçoive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup cette image de l'eau qui court... ;)

      Supprimer
    2. Peut-être ce qu'il y a de plus difficile à peindre !
      C'est pourquoi on l'emploie quand on veut la célébrer. Hadrien, d'Este... et les autres...

      Supprimer
  2. Pour toute fessée administrée, la clef est offerte!
    A saisir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A saisir quoi ? La clef des champs ? :p

      Supprimer
  3. L'esprit Embrumé, c'est les gestes du corps des litres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :D J'ai écrit que j'étais pas bourrée cette fois là !

      Supprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D