mercredi 30 novembre 2016

le vilain petit canard ou la vilaine petite souris,... comme on veut !

"Spécial dédicace à Maître Ours"
        Pimprenelle et Nicolas




Voilivoila un texte commencé il y a mille ans qui a mis l'temps... Une petite vacuité dans mes rendez vous torrrrrides et hop là, il est né le divinenfant. Après, bien sur, j'ai du menacer Mike de le noyer dans une baignoire remplie d'Irish coffee pour qu'il me fasse les dessins.... RUHMMMM..., mais je te laisse juge de sa perversion ! 





Il était trois fois et puis s’en va

(Conte à rebours - 3)




Il était trois fois, dans le royaume de Foy, des tas de gens gentils, beaux et intelligents eeeet très ennuyeux, ma foi… SAUF ! Sauf…, la fille aînée du roi.

Elle n’était pas laide, mais pas très bien fagotée, ni très, très bien coiffée ni très, très, très bien élevée… Le matin, elle se levait, sautait dans son jean, passait vaguement ses doigts dans ses cheveux, louchait un peu, tirait la langue au miroir magique ‘Dimoisijesuilaplubelle’ et filait se crotter dans la forêt, par n’importe quel temps. Et en plus, s’il y a un truc qui ne l’intéressait pas du tout, c’était les garçons. Un peu les filles, mais pas du tout les garçons. Mais ça c'est pas dans l'histoire, sinon ça colle pas, c'est juste un complément d'information.… ! En gros, il n’y avait aucune raison qu’elle fasse le moindre effort.

Elle était si différente de sa ribambelle de jolies sœurs apprêtées, fiancées, mariées et très ennuyeuses que le roi et la reine, l’appelaient : leur vilain petit canard !

- Qui voudrait un jour, se désespéraient ils, de notre vilain petit canard qui de toutes façons, ne veut de personne ?


Le roi et la reine passèrent une annonce dans le journal de Foy : 

« Recherche prince charmant pour princesse pas vraiment charmante ! » Et personne ne se présenta.


Alors, ils imprimèrent des tas de messages, qu’ils glissèrent dans des tas de bouteilles, qu’ils jetèrent dans des tas de mers et d’océans… Des gens ennuyeux ET dégoûtants, en plus !


Le temps passa…


Et puis un jour, Dupont, un petit homme à l’air vif, se présenta au château de Foy. Il expliqua qu’il n’était pas prince, mais qu’il voulait bien, lui, se marier avec leur vilain petit canard de princesse dont personne ne voulait. Le roi et la reine regardèrent le petit homme à l’air vif et soupirèrent, un peu las ma foi…

- Oui, maiiiiiiis…, voudra-t-elle de toi ?

- Ça, j’en fais mon affaire ! rétorqua Dupont et il parti, à petits pas tapons, à la recherche de la princesse, pas charmante, du tout !






La princesse, dans sa forêt, nichée au creux de la fourche d’un chêne, sifflait dans ses doigts imitant les merles. Puis suspendue à une branche, elle se laissa choir, justement, sur le petit homme qui passait là, ...justement ! Et c’est comme cela qu’il la retrouva.

- Ouille ! s'exclama le petit homme.

- On n’a pas idée de passer sous les gens qui sautent des arbres, grommela la princesse en aidant, malgré tout, le petit homme à se remettre sur pied

- Vraiment désolé, je suis venu pour vous épouser, grimace Dupont qui se tient les côtes.

- Y en a qui ont vraiment rien d’autre à faire que de perdre leur temps ! Je n’ai absolument rien prévu de tel dans l’immédiat. Repassez dans 100 ans ! Claironne la princesse

- Vous êtes comme ça avec tout le monde ou j’ai droit à toutes vos faveurs ? s’ébaudit le petit homme, absolument émerveillé par la mauvaise grâce de la donzelle ébouriffée.

- Primo; Je suis la princesse !
  Deuxio;  Vous êtes dans ma forêt !
  Tertio; Je vous parle comme ça me siffle !
  Quarto; Oui ! Je suis comme cela avec tout le monde
  Cinquio; Non ! Ce n’est pas une faveur… Comme si j’allais me mettre en frais pour un blaireau puceux...


La princesse estime que, là, avec un peu de bol, l’autre va enfin, aller voir ailleurs, des fois qu’elle y serait, car, en général, les hommes s’imaginent être des loups solitaires, de puissants ours velus, des aigles audacieux, voir des chevaux fougueux, mais pas trop des blaireaux puceux. Mais non ! (Comme quoi on peut se tromper) l’autre reste là, avec son air de ravi du village…

- Vous ne comprenez pas ce que je vous dégoise ? Vrille la princesse exaspérée, Dégagez ! de l’air ! du vent, du balai brosse !


Alors, ALOOOORS... de la poitrine du petit homme sort une voix profonde, sifflante et sèche.

- Vous êtes épuisante, radieusement sale, d’une outrecuidance qui frise l’acmé ! Vous avez besoin d'une bonne fessée déculottée ... !


La princesse se trouble. Que vient faire ici cette affirmation particulièrement déplacée ? Comme tout enfant au monde, elle a eu droit à cette proposition, un tantinet malicieuse, de la part des adultes, à laquelle il est, d’ailleurs, fortement déconseillé de répondre… Mais juste maintenant, elle a quand même 23 ans. Alors ??? ... Pour la toute première fois le petit homme l’intrigue.


Lui, l’attend, puis se lance.

- Chère princesse, méritante à croquer, lui dit il, vous courrez les bois à longueur de journée sans que quiconque, aujourd’hui, se soucie de ce que vous faites ni de ce que vous devenez, ni même si vous rentrez le soir ou si vous avez pris votre petit déjeuner…

Le petit homme enchaîne :

- Si vous m’épousez, faites moi confiance, je saurai prendre soin de vous. Je vous élèverai, vous éduquerai patiemment, mais sans faiblesse, avec vigilance, sévérité, mais tendresse. Vous aurez des comptes à me rendre chaque jour et je m'engage à révéler à vous et au monde entier, le cygne qui se cache indéniablement sous votre plumage de vilain petit canard.


"Vi-lain-pe-tit-ca-nard " ? ...Mais va te faire foutre ! braille la princesse – Oui, hummm, excusez là ; La princesse n’est pas châtiée du langage, non plus…

Cependant le petit homme a simplement penché la tête, sans répondre et l'observe intensément de ses yeux brillants de volonté perçante. Dans la tête du vilain petit canard ça gamberge... Là encore Dupont a marqué des points ! Quelle curieuse sémiologie, de quoi parle t'on exactement ? La princesse se sent frôlée par une possible signification, par de possibles implications, par de frissonnantes visions folles et vertigineuses qui l'emplissent de con-fusion. Celle, toujours en mouvement, est pétrifiée.


Le petit homme apprécie du regard les émotions qui picotent le visage et le corps de la princesse emberlificotée. La réaction de la jeune femme en friche, semble plus que prometteuse. Il s'assoie doucement, sur les racines du chablis, d'un grand frêne foudroyé (je rappelle que nous sommes en forêt et qu'en forêt il n'y a pas de chaises qui se prommenent !). Il tend sa main vers la princesse qui s'approche et la prend, comme en transe... ; La main ; Et la splendide fessée déculottée, dans la foulée.... !


Puis, chacun se rajuste et ils rentrent tout deux au château, parce qu'il commence à faire frisquet . Mais ce n'est pas grave, parce qu'il lui tient fermement la main, dans la sienne qui est bien chaude. Et il la réchauffera encore, de loooongues années durant, Dupont !




THE END




Texte - Ellie C. 
Illustrations - Mike
Novembre 2016








Rajout pour mon Parrain..., les autres fermez les yeux, un zoom gracieusement offert par la maison. Et pour la culture générale de tous parce que sur Never on cultive : http://www.caminteresse.fr/video/mille-pattes-mais-combien-de-sexes-2-1166642/


35 commentaires:

  1. C'est drôle, c'est frais, c'est charmant !... Un vrai conte édifiant à faire lire aux apprenties princesses, et qui devrait être publié dans "Point de Vue", le magazine des gourdasses couronnées.
    Les illustrations sont à l'unisson et collent parfaitement au récit, bravo Mike !...
    Je pensais que les dessins avaient été réalisés d'après nature, vu le réalisme des personnages, mais le mille-pattes en forme de zob me fait douter. Je ne crois pas que ça existe !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon très cher ami, tu m'effondres....trouver quelqu'un ayant l'esprit et la vue encore plus mal tournés que moi...cela dit, un zob qui en plus peut sortir la langue, j'imagine que ça doit valoir son jus comme disait ma grand mère...Ellie racontes....tu en penses quoi?
      Quant à la vilaine signeuse (cygnesse?) je ne demande bien ce qu'elle a l'intention de faire à genoux cul nu en agrippant le pantalon de son futur époux....manquerait il un épisode à ce récit? Nom d'une pipe....!!!

      Supprimer
    2. @ Waldo - Merciiiiiiii Parrain, J'envoie le texte à Mike je lui promet une trempe et après j'attends de voir ce qui sort... Chuis jamais déçue alors je recommence :)

      @ Antoine - "Ceci n'est pas une pipe"

      Supprimer
  2. Bonsoir Ellie et Mike,

    Toujours aussi talentueux, ce conte re-versionné ! On entendrait presque le gazouillement du ruisseau et le coucou... du coucou ! Pauv' Dupont (et Dupond ?) : ce ne sera pas une sinécure de "rééduquer" la princesse. Mais c'est bien connu : l'amour triomphe de tous les obstacles ! Les jeux de mots sont amusants. Et la prose est bien tournée. Bravo , Ellie !
    On reconnaît ta patte inimitable, parmi toutes. Merci Mike ! Nette, lumineuse, impeccable.
    Que dire de plus ? A la prochaine. Rires.
    Peter Pan
    (PS : t'es fortiche en palette graphique ! Moi, à part Print Shop, je ne connais rien d'autre. Quel logiciel utilises-tu ? Merci pour l'info. Tu m'excuses , Ellie, si je débordes un peu du sujet...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'info, Mike. Une bise à Miss Ellie de ma part.
      Peter'

      Supprimer
    2. Mais c'est un plaisir, Miss Ellie ! Vous le méritez. C'est justice. Faut toujours saluer les efforts.
      (Euh, je profite que vous avez deux minutes pour vos demander: heum... c'est quant la prochaine petite séquence Playmo ? Vous faites ça tellement d'une manière inspirée que... on en redemande. Vous avez pas beaucoup de temps : c'est la période shopping de Noël. Enfin, c'est quant vous voulez. merci d'avance. )
      Peter'

      Supprimer
  3. Re-bonsoir à vous...

    Oui, j'avais oublié : le mille-pattes, c'est lui le narrateur ? Il y en a toujours un dans les histoires. Il a l'air complètement absorbé par je ne sais quoi... Un mille-pattes à langue rouge et museau en trompette, ça existe ? Faudra que je vérifie dans le Larousse.
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens pour tes longues soirées d'hivers.... http://www.caminteresse.fr/video/mille-pattes-mais-combien-de-sexes-2-1166642/

      Supprimer
    2. Bonjour à vous,

      Les illustrations (excellentes, comme le récit, d'ailleurs) m'ont donné cette idée de dialogues : heum...
      Le départ: Le grand hall d'entrée: les quatre princesses/ le Roi :
      Miss Liberty : Salut, les soeurettes Ripolin !!! Au revoir, mon p'tit roi Papounet Chéri !!!
      Les Princesses : Mais où vas-tu ? /Ainsi Attifée ? / Tu n'es pas sérieuse, voyons !
      Miss Liberty: Je suis une jeune femme libre et indépendante ! Na !
      Le Roi : Tes sœurs ont raison ! Je t'interdis de quitter le château ! Gardes , relevez le pont-levis !! Que va dire ta mère la Reine !
      Miss Liberty : Oh ,tu lui diras que.... tiens, que je suis parti aux champignons !
      Les Princesses : La forêt est truffée de malfaisants et détrousseurs de bourses !
      Miss Liberty : Ciao ! Ciao !...
      Le Roi : votre sœur m'exaspère ! Quel prince l'acceptera pour épouse !!!!
      Et sur ces royales litanies, Miss Liberty, en sifflotant, joyeusement, s'en alla courir la campagne par monts et par vaux... "Il pleut, il pleut, bergèreuu"...
      Peter Pan

      Supprimer
    3. Vivement votre blog qu'on vienne TOUUUUUUUUS commenter à tour de bras !!!! :D
      Allez Peter un ptit effort ;)

      Supprimer
    4. Merci beaucoup pour ces chaleureux encouragements, Miss Ellie !!!
      Ca fait très plaisir. Vous avez raison. Faudra que je me décide un de ces jours !
      Tenez : une bonne résolution pour la future année qui s'approche à grands pas !!! Mazette !
      Peter Pan

      Supprimer
    5. Miss Ellie :

      Le second dessin m'inspire une fablette :

      Chemin faisant, près d'un très vieux chêne,
      Miss Liberty, toujours rêveuse,
      rencontra un triste Sire au teint blême.
      Elle s'arrêta, curieuse :
      - Que faites vous là ?
      - Je cherche des fraises des bois Tagada !!!
      - Les " Voilà les Dalton ?"
      - Ce n'est pas la saison ?
      - C'est aujourd'hui l'automne !!!
      - Elles ne poussent pas en cet endroit !
      - Et pour quelle raison ?
      - Il y fait trop froid !
      - Mais je vous reconnais : vous êtes la princesse !
      - La princesse à la crinière de feu !! Reprit-elle.
      - Et vous avez besoin d'être corrigée pour votre impolitesse !
      - Je vous interdis de malmener mon auguste personne !!
      - Même les princesses ont besoin qu'on leur rougit les fesses !!!
      La moutarde lui montant au nez, sur un souche, il s'assit,
      en travers de ses genoux, la belle fille se trouva allongée:
      - Etes-vous toujours rebelle, mademoiselle l'impolie ?
      Son royal popotin essuya une averse de fessées !!!
      - Oser me fesser cul nu ???
      - Cessons cette comédie !
      - je l'avoue : vous m'avez matée !
      - C'est juste. Et mon bras n'en peut plus
      Remettant la demoiselle sur pieds, il réajusta son veston.
      - Allons à présent, ma belle, annoncer la nouvelle à votre maison.

      Peter Pan


      Supprimer
    6. Bonjour à vous...

      Je me permet de mobiliser un peu la parole. Heum... Reprenons avec votre permission.

      "Mais la belle, à ses pieds, s'agenouilla.
      - Je ne bougerais pas d'ici sans un baiser de vous !
      - Hum, voilà qui est bien prématuré !
      - Je vous le crie à genoux !
      - Vraiment, vous m'embarrassez !!!
      - Comment cela ?
      - Nous n'avons pas été présentés !
      - Mais vous savez bien que c'est moi !
      - Il faut respecter les convenances, princesse !.
      - Les convenances ? puff! Je m'en bat l'œil !
      - Allons ! Dois-je encore vous claquer les fesses ?
      - J'espère que le Roi, votre père, me fera bon accueil !
      Et par un chemin malaisé, montant,
      ils regagnèrent en quelques enjambées,
      le château sur une colline perché
      où l'attendaient le Roi et tous ses gens...".

      Peter: Ode à la belle Liberty(ne).

      Supprimer
  4. Eh bien ! Depuis le temps qu'on l'attendait ... ça valait le coup d'attendre 1000 ans dis-donc! Et ton illustrateur s'est vachement bien appliqué... ça a dû te coûter cher en irish, cette affaire-là! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh popope, Mike n'est pas vénale, c'est lui qui va me payer un coup pour avoir réussi à le faire bosser un peu, ça m'a donné soif ! :D

      Supprimer
  5. Bonjour à vous,

    Votre discrète dédicace "à Maitre Ours" m'a bien fait rire. Ca me rappelle de bons souvenirs: "Boooonneu- nuit, les petits !!! Pompolopompolopompompom !!!". Belle époque. Bons souvenirs. Une bise à Pimprenelle et Nicolas de ma part ! Rires. Merci pour ce clin d'œil.
    Peter'

    RépondreSupprimer
  6. J’imagine une publication dans "point de vue" C'est un coup à voir descendre dans la rue tous les culs bénis couronnés ou pas. Remarque, ça les occupera et pendant ce temps là ils nous les briseront plus avec le mariage pour tous ou la théorie des genres. Mine de rien, c'est que dans la haute, y'a une réserve de beaux culs a fesser, c'est bien mieux que la guillotine quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi et moi savons (de Marseille bien sûr) la meilleure manière de bénir un cul...quelques coups de goupillon bien assénés et le tour est joué! Et le cul béni est alors joliment couronné.

      Supprimer
    2. @ Mike - la guillotine du cul... ?
      @Antoine - Ah nooon la digue du cul !

      Supprimer
  7. Oh une histoire de princesse ^^
    Très beau récit ! J'ai adoré, un grand bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. RHAAAAAAAAAAAAA une princesse ! j'ai choppé une princesse !! Après tout ces paillards, quel choc !!! Vite, mes sels à l'Irish coffee :D

      Revenez vite Princesse Maeva 1ere ! ;p

      Supprimer
  8. Ben de Caméra Cafés à princesse, elle en a fait du chemin Maeva.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Mike,

      Tu es un vrai homme-orchestre: en plus de la déco et de la mise en scène, conforme au scénar' (prix du meilleur scénario à... Miss Ellie ! ), tu es également styliste: les robes de ces demoiselles couronnées leur sied à merveille. Bravo. (Prix de la mis en scène à Mr Mike). Excellent tout ça.
      Peter Pan

      Supprimer
  9. C'est vrai que c'est frais et charmant comme petit conte. Doux aussi ! Un peu comme Georges.
    Mais il y a un petit quelque chose que je ne suis pas sûre de très bien comprendre : qu'est-ce qu'elle fait à genoux parterre la princesse ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mike ? Tu réponds quand on te pose une question ou tu veux une fessée déculottée devant tout le monde ?

      Supprimer
    2. Bon ben la fessée alors, j'ai toujours pas eu de réponse moi... snif

      Supprimer
  10. Bonsoir Misty,

    Vous avez raison : que fait-elle ainsi, les yeux mi-clos, dans cette position, guère convenable pour une jeune demoiselle de son rang. Mais la Miss se fait fi des convenances. Serait-elle devenue une ribaude ?? Toute une éducation helvétique jetée à l'eau ????
    Si son souverain de père la voyait, il en mangerait sa couronne... Seul l'avenir nous en apportera la réponse.
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
  11. J'ai adoré ce conte ! D'abord, parce que la princesse, on dirait moi :) Et d'autre part pour le style léger, fluide, pour les bon mots ("à petits pas tapon, je suis fan !), pour la chute (et pas seulement des reins). Pour le fou rire que j'ai pris avec le mille-pattes, et pour les magnifiques dessins de Mike, de plus en plus léchés (les dessins, hein) ! Bref, je vais le lire une deuxième fois, juste pour le plaisir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Fraise des bois" ! Ça lui irait bien, c'est vrai, comme prénom ! :D Merci ma grande :*

      Supprimer
  12. Une très belle écriture.
    Vous avez un réel talent, si tant est que je puisse me permettre.

    RépondreSupprimer
  13. Alors là, vous pouvez vous permettre touuuuus les compliments du monde j’adôôre ça ! :D

    Et puis si ces contes font sourire quelques personnes qui passent c'est très bien comme ça... d'ailleurs je ne l'ai pas rangé dans son tiroir de commode. Vais le faire.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Miss Ellie,

    Je ne voudrais pas faire le perroquet, mais c'est juste : vous avez un certain talent pour l'écriture. Imaginez :
    "Miss Liberty, la Princesse Rebelle " - Scénario : Ellie - Dessins : Mike. " - Aux Editions
    Princesse. Pas mal pour un CV , non ?
    Peter Pan

    RépondreSupprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D