samedi 3 septembre 2016

come on !




Juste un petit rappel sur l'expo Araki au musée Guimet : Dernier weekend !
Si tu es sur Paris, ça vaut le coup.

Le musée Guimet n'a pas l'habitude de travailler sur l'érotisme ça se voit ça se sent c'est amusant. La présentation introduction (toutes les 1/2h) dans la salle des fleurs vous met déjà au parfum avec quelques petites phrases, de mémoire, comme :

- Araki a d’abord photographié beaucoup de fleur en macro... un peu comme des sexes... UN PEU COMME DES SEXES ? De grandes fleurs magnifiques sublimes humides ouvertes QUI SONT DES SEXES, évidement, quoi d'autre te saute au nez ?

Il y a aussi :
- Araki photographiait des femmes dans des positions très érotique mais il ne couchait pas avec ses modèles !...

Traduisez :
- Vous allez voir des trucs terribles qui vont parfois heurter votre pudeur ou votre façon de voir ou de vous sentir femme maiiiiiiiiiiiiis en tout bien tout honneur, faut pas déconner !

Bref on s'en fou, ce qui est chouette c'est que tu peux voir, enfin, quelques une de ses photos en très grand et puis t'approcher un peu du bout du pola de certaines épreuves de sa vie. C'est déjà pas mal, mais on est d'accord, ce n'est pas avec une expo que tu fais le tour du personnage qui en a un paquet dans son sac.

A la boutique ne t'attends pas à pouvoir acheter une carte postale sauf celles avec des chats et des nuages. C'est que heuuuu, c'est un peu notre première dans le domaine t'explique la personne en remettant bien droite l'étiquette "certains de ces livres sont susceptibles d'heurter la pudeur". Perso je trouve ça charmant et j'espère bien que ce magnifique musée retentera des expériences... 


Osez l'expo !



Je te mets l'article du canard, scanné en belgitude, avec sa souris magique, par Waldo (merci Parrain) en espérant que tu arrives à le lire en cliquant dessus.
«Pour moi, la photographie, c’est la naissance du désir.» Nobuyoshi Araki

9 commentaires:

  1. Ce matin je me suis dit "tiens hop, suivons les conseils d'Elie et allons au musée Guimet"
    En plus, mais ça je ne le savais pas, c'est gratuit les premiers dimanches de chaque mois, et comme on est le dimanche 4. Je prends donc le bus qui m'amène dans le lointain 16e, (le 16e est loin de tout, au musée Guimet place d'Iéna il n'y a pas un café à 10 km à la ronde). Je croyais que c'était un tout petit musée et qu'on allait être 3 pelés et 2 tondu(e)s mais non, c'est très grand, et le public est fait de couples de tous âges, des familles asiatiques ou européennes.
    L'exposition? Très bien, qu'est ce qu'elles sont jolies les modèles d'Araki ! Je connais mal l'artiste, n'étant pas un adepte du bondage, pardon du Kinbaku. J'aime beaucoup la série "Histoire singulière à l'encre de chine" avec lettres et inscriptions sur les photos, il y a là notamment une jeune personne en costume marin qui ne tient qu'à un fil et qui reste très sereine malgré l'inconfort de la position mais on peut dire cela de beaucoup de photos d'Araki comme celle que vous avez mise,et qui est aussi l'une des plus belle.
    C'est vrai que l'exposition garde un coté "officiel" qui détonne par rapport au contenu de beaucoup de photos. L'érotisme n'est pas absent du musée, d'ailleurs, il suffit de voir certaines statues indiennes.
    En tous cas merci du conseil!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. RHAAAAAAAAAAAAA ! Je suis très fiere de vous avoir fait bouger dimanche au lieu de glander derrière l'ordi ! :D

      Supprimer
    2. Je ne glande jamais le dimanche matin! Une heure de pompe et de gainage puis piscine (2000 m minimum en crawl ou papillon), puis méditation et lecture des grands textes classiques (mens sana in corpore sano), ménage, préparation du déjeuner avec des produits soigneusement choisis sur les marchés.

      Supprimer
  2. Désolée mais il était possible d'acheter le catalogue de l'exposition, ce que j'ai fait à la mi juillet. Il faut croire que tous les exemplaires ont été épuisés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, il y avait encore quelques bouquins et le catalogue aussi sous l'étiquette "certains de ces livres sont susceptibles d'heurter la pudeur". Je parlais juste des cartes postales sur les présentoirs, ou des aimants à frigo à coté des caisses ;) L'expo vous a plu apparemment :)

      Supprimer
  3. Je n'avais pas compris que seules les cartes postales étaient visées
    Oui l'expo m'a plu parce qu'elle permettait d'entrevoir quelques unes des facettes du personnage (très, très prolifique quant aux ouvrages qu'il a publiés) que trop souvent on associe uniquement aux jolies femmes attachées

    RépondreSupprimer
  4. Ct'e galère d'habiter loin de la capitale !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour te consoler, remémore toi que le reste de la France déteste les parisiens ! :D

      Supprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D