vendredi 13 mai 2016

boite de déception







Un jour j'ai reçu un mail (à peine transformé ici par soucis d’authentique mise en perspective) de mon "fesseur ambiance proprio" du moment (du moment d'il y à longtemps ! Si je te poste du perso, j'essaye de l'avoir bien cuvé, pour ne pas te dégobiller sur les souliers) :


Il faut que je te dise un truc...

J'ai fessé pimprenelle.
Fallait bien que ça arrive depuis le temps qu'elle me tournait autour.
Je n'en suis pas fier du tout, mais faut bien assumer.

je t'embrassejetaimejetienzatoi blablaaaa blablaaaaaa blablaaaaaaa


C'est très étonnant parce que quand j'étais ado, et même après, jaMAIIIIS je ne me suis retrouvée dans ce genre d'embrouille à la con ... C'est pas bô de vieillir !

Comme je n’avais aucune expérience en la matière, j'ai eu un choc si fort que j'ai cru que mes dents du haut allaient tomber sur le clavier. Ça te fait pas ça à toi ? C'est très pratique pour savoir qu'on vient d'avoir une grosse émotion.

La petite phrase qui me fait ronronner le cerveau, à cet instant, est :


... mais faut bien assumer. 


C'est qui qui doit assumer ? Lui ? Moi ? Nous deux ensemble ?

Toujours perplexe perdue parapluie, je finis par répondre :


Je pense que, définitivement, tu préfères jouer avec les pimprenelles*. Amuse toi bien...

*c'était pas la première hin hin


Quelque part, surement que ça doit montrer que si c'est moi qui doit assumer, c'est pas gagné...

Réponse de lui :


Si j'avais su, je ne te l'aurais pas dit !


Subtil ! Ça te coupe direct les sanglots longs de l'automne. Passage en mode vénere, le curseur au rouge foncé, sans forcer... En quelque sorte, il te rend service, en quelque sorte !


Et maintenant, une petite page de publicité pour te désaltérer


Le kunu au gingembre Waaaw Waaaaaw



30 commentaires:

  1. Si au fil des rencontres de notre vie, il n'y avait que de bonnes surprises....ça se saurait...et ça permet de n'en apprécier que plus la "belle" aventure....
    Cela dit, le pervers psychopathe narcissique est une sale race en effet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Qui s'y frotte s'y pique" La fois suivante ou l'on m'a dit - Faut que je te dise quelque chose... (Argh) ... Je t'aime - J'ai fait une horrible grimace d'inquiétude ! :D !!!

      Supprimer
  2. On a parfois affaire au marchand de sable ... A ce propos, des souvenirs d'enfance me reviennent à l'esprit: "Bonne nuit les petits" juste avant de se coucher!Avec Nicolas et ... comment s'appelait cette petite chipie, déjà? Voilà que je perds la mémoire!
    Bref, tout ça pour dire que le programme télé invite à aller se coucher... ce que je vais faire, après une petite gorgée de künu au gingembre ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent le coup du marchand de sable ! C'est pour cela que ça pique les yeux ! RHAAAAAAAAAA ! :D

      Supprimer
    2. Bonsoir Ellie et vous tous ...

      Comment, Professeur ? Votre mémoire vous joue des tours ? Une bonne fessée pour lui apprendre à oublier ses grands classiques. Non mais !! Enfin , je vous en laisse juge...
      Elle s'appelait Pimprenelle, pardi !! Avec ses bouts de laines couleur carotte ou vanille en guise de cheveux. Y'avait aussi l'ours Colargol, musicien et acrobate, la Famille Cromagnon, les Chapi-Chapo...
      Une nostalgie sympa que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître...
      Oui, je sais: il nous fatigue, Peter, avec ses souvenirs d'un autre temps... Rires.

      Supprimer
  3. Décidément, la célébrissime réplique d'Audiard est d'actualité.
    Encore et toujours...
    Un belle aventure que sa vie ! Encore faut-il oublier le fatras bobo pour l'admettre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :D ! Mais justement, oui,Why not, ça fait bobo, le gingembre dans le cul nu ! ;p

      Un truc de grand pervers pour empêcher les vilaines de serrer les cuisses et de contracter les Gluteus, pendant la punition.

      Supprimer
    2. La punition est cent fois moins douloureuse si les fessiers sont détendus, ma chère Ellie...
      Preuve, s'il en fallait, que les grands pervers font partie des bobos... et des grotesques.

      Supprimer
    3. "La punition est cent fois moins douloureuse si les fessiers sont détendus"

      Ah oui ? vos partenaires (enfin, je pars de l'hypothèse que vous ne switchez pas) trouvent que c'est moins douloureux ?

      Personnellement, si malgré les premières claques, j'arrive à bien verrouiller mon fessier, j'ai l'impression de prendre le dessus et sur la douleur et dans le contrôle.

      Le fesseur cherche lui à ce que sa punie se laisse complètement aller, perde le contrôle, s'affole, se soumette ... Enfin c'est comme cela que je retrouve mes émotions antédiluviennes de la petite enfance.

      N'empêche que je n'ai jamais fait de post la dessus et il serai intéressant de savoir qui contracte ou qui se détend, au début de la fessée du moins, et si son impression en est plus ou moins de douloureuse...

      Supprimer
    4. Je ne saurais vous imaginer battue pendant votre enfance...
      Du moins je le souhaite.
      Je ne ais ce que veut dire "switcher", mais tâchons de rester zen !
      ça je connais !

      Supprimer
    5. :) Quelqu'un qui switch (ou qui est switch par extension) est quelqu'un qui aime, dans nos jeu, être en position de dominant mais aussi en position de dominé, c'est selon...

      Supprimer
    6. Merci.
      Et croyez qu'alors, je ne suis point switch !!!
      En fait j'ai fouetté à peu près toutes mes élèves... Aucune ne s'est plaint !
      Plaisir évident, même si, au départ, la raclée était destinée à punir...

      Supprimer
    7. Petite précision pour ceux qui, pensant bien, hurleraient selon ce que l'on sait de leurs bonnes habitudes : mes élèves avaient entre vingt et soixante ans...
      Ne pas oublier que l'aboutissement le plus achevé du pervers narcissique, c'est le bobo.

      Supprimer
    8. Ahahaha ! vous n'aimez pas du tout les bobos (j'ai jamais exactement très bien compris ce que c'était un "bobo", je ne suis pas trop catalogue)

      Vous avez bien fait de préciser pour l'âge et même si je crève d'envie à genoux de savoir en quelle matière et si les garçons comme les filles passaient à la fouettée je ne vais pas vous le demander, par PUuuuuRE discrétion ! :D

      Supprimer
    9. Ma chère Ellie, je n'ai jamais usé du "traitement" qu'avec les filles.
      Lequel était parfaitement écolo : rien ne remplace le noisetier !

      PS : bobo : personnage qui dénonce les catalogues dans le temps qu'il se rue vers son tiroir, uniforme sur le dos et étendard à la main.
      Et suivi de son matelas de fric porté par ses loufiats.

      Supprimer
    10. Me souvenant que j'ai oublié de vous donner la "matière", je reviens à votre site : dans mon petit atelier que chacun recherchait pour sa tranquillité, j'étais faussaire. Pendant quinze ans.
      Métier plus que fascinant, pour la jeunesse... et les autres... On voulait travailler avec moi. Savoir les secrets.
      Ö connaissance, que de crimes on commet en ton nom !
      Quant à mon propre nom, votre parrain le connaît...

      Supprimer
  4. C'est marrant ça, si y'a un truc de tordu dans l'esprit humain, c'est d'être attaché, non pas au poteau pour une fouettée, parce que cela peut-être plaisant, mais à une ou un autre. Je sais, j'ai beau me répéter qu'on ne peut détenir une propriété sur le vivant et que nous n'avons aucun droit d'exiger que la vie d'un autre soit écrite de nos mains, mais c'est dans le tête que ça se passe et personne n'y peut rien. Alors faut faire semblant d'être détaché, mais ce n'est pas vrai, c'est juste pour la parade. Chienne de vie ! Parce que quand les liens cassent, c'est toujours pour de vrai et ça fait mal partout. Bon, alors, que faut-il faire ? Vivre en Hermite dans le noir d'une cavité sous trois mètres de ronces et d'orties ! Pfff même pas, ça ne fonctionne pas cette méthode, ou alors, juste pour certains porteurs de divin sans alcool. Faut donc assumer et tous les jours espérer, qu'à part le trépas sournois, que ceux qu'on aime, ne couperont pas la communication parce que simplement, ils passent dans un tunnel ou n'ont pas payé l'abonnement. Et puis, si d'aventure il m'arrive de croiser une belle en fouillis, lui offrir un Irish.

    RépondreSupprimer
  5. ... Et si je fais semblant d'être en fouillis en ce moment, tu m'en offres un ? :p :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et puis ce sont aussi des questions d'accord tacite entre les deux partenaires. Si l'un fait comprendre à l'autre qu'il ne supporterait en aucun cas qu'elle aille voir ailleurs (ce qui peut être frustrant mais qui peux valoir vraiment le coup) La règle est la même pour les deux si on désire une implication égale.

      Supprimer
  6. Le problème, c'est que les jeux de fessée provoquent facilement, quand ils sont profonds, un sentiment de jalousie, même quand ils ne sont pas assortis d'une partie de jambes en l'air. Et c'est la plus gênante des jalousies, la plus antipathique : pas celle qui consiste à craindre la perte de l'autre, bien naturelle, mais la jalousie possessive. Ce cul est à MOI, personne ne doit y toucher !... Se fichant complètement des envies et des plaisirs de la partenaire.
    Et puis après, évidemment, si cette fidélité est à sens unique, "tu me dois fidélité mais moi je fais ce que je veux", ça finit toujours par retomber sur la tronche de l'exclusif, et c'est franchement bien fait pour lui.
    C'est tellement courant, tout ça !... C'est ça qu’est triiiste !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ouais ! C'est comme il a dit Waldo ! La fidélité à sens unique, la jalousie, tout ça... Bof.
      Les pervers narcissiques, comme le dit Tony, ça pullule. Et ils sont jolis en plus. Et séduisant, charmant, gentil... Et amoureux. Dingue ça... Que t'en serais presque redevable. Moi j'ai pas connu le modèle qui s'assume, mais celui des grandes promesses qui te cause plus du jour au lendemain pour aller s'occuper du cul des autresautres, pis quand tu luqu'il est gonflé te réponds "c'est pasque moi triste, moi plein de soucis que toi trop conne et égoïste pour comprendre . Et toi pas gentille, toi jeter moi aux orties, et blabla et blibli, et à vot' bon cœur pour le pauvre fesseur..."
      L'avantage de tout ça, c'est que lorsqu'on l'a vécu une fois, on devient vigilant. On m'aura plus, je te jure !

      Supprimer
    2. @Waldo "pas celle qui consiste à craindre la perte de l'autre"

      OUF ! Merci mon chti Parrain :p Je suis grattée par celle là, parfois.
      Vous me direz - C'est pas bien de douter de ceux qu'on aime - Oui maiiis ! ;)

      Supprimer
    3. @ Huyana - T'as intérêt ma grande, sinon je me transforme en fesseuse ! WAAAHAHAAAA :D !!!

      Mais tout de même ça reste compliqué puisque la base de ce jeu se construit sur la complicité, la confiance, l'investissement personnel, le laisser aller...
      Y a plus qu'a y aller à petits pas, avec un patient, en plus ! :)

      Supprimer
    4. Non, c'est très laid, de douter de ceux qu'on aime, surtout quand c'est quelqu'un que je connais. On va en reparler.

      Supprimer
  7. Ellajenesaisquoi17 mai 2016 à 13:57

    Je suis d'accord avec Waldo, c'est moche le doute permanent, ça empêche de profiter bien. Alors pour moi maintenant, fini l'exclusivité : mes fesses pour tout fesseur qui s'en montrera digne ☺

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bé dit donc Ella, tu pètes le feux ! C'est bien ça ! :D

      Supprimer
  8. Ach, meine Liebe.
    (A titre exceptionnel, suis trop fatigué pour vous baragouiner en mauvais allemand!)
    Meine Liebe, et les autres. La jalousie, quel sujet immense.
    Est il possible de ne pas être jaloux lorsque l'on aime vraiment, profondément, intensément? Je crois bien que non. Mais il y a jalousie et jalousie.
    Tant que tu confieras tes miches voire plus (dans une certaine limite tout de même) à d'autres mains, cravache, lanières, martinets, fouet et consort que les miens et miennes, et que tu me le diras, (surtout si c'est parrain), je ne renie pas le fait que cela me chatouille quelque peu, mais, et c'est écrit noir sur blanc dans "notre" contrat (tu leur parleras un jour du pourquoi du comment de notre contrat?), tu étais libre avant moi et tu le restes jusqu'à la fin de tes fesses.
    Du moment que ton corps et ta tête restent avec moi, quitte (et surtout je le souhaite!) à m'oublier dans ces moments là.
    Même ton sexe, tu en fais ce que tu veux.
    Ne me trompe pas, c'est tout (et je suis sûr de ça, donc je ne suis pas jaloux!)
    Même si...mais ce n'est pas de la jalousie ça, juste le regret de ne pas pouvoir assumer tous tes fantasmes.
    (J'ai dû t'expliquer ça déjà cinquante fois, mais voilà, aujourd'hui je le fais devant témoin. Tant que tu me dis que tu as besoin qu'on se voit, je reste zen, et heureux en attente de notre prochaine fois)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ach! Je me relis...superbe lapsus!
      "Tant que ton "corps" et ta tête".
      Tant que ton COEUR et ta tête, bien sûr. Mais j'assume!

      Supprimer
    2. ... (retournez vous les autres)

      <3

      Supprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D