samedi 7 novembre 2015

Autofocus



Je tiens absolument à te raconter un truc que j’ai vu hier.



photo deeeeeeeeeeeeee... ?

de Alexey Persikov, + déclinaison (Merci Anna)




Au premier plan, il y a un petit cul de profil déjà bien rouge, le buste en chemisier blanc aplati sur une lourde table en bois et les jambes d’équerre, debout, gainées de bas noirs 70 deniers. Juste derrière on devine un homme. On devine parce qu’on ne voit pas non plus son visage. On voit son pantalon, et ses mains, surtout, posées sur sa ceinture noire à boucle argent. Et puis il y a sa voix de basse qui dit :

- Il me semble vous avoir entendu dire qu’un homme enlevant son ceinturon, vous faisait de l’effet. 

(Moi,...  j’ai jamais dit ça, j’ai juste dis que les manches qu’on roule…, mais je connais au moins deux copines perverses que je peux dénoncer... enfin si je l'ai peut être dit, ou même ecrit, je m'en souviens maintenant mais c'était y à longtemps ....)

Bon donc, à ces mots, j’ai les yeux qui s’écarquillent ! Le petit cul lui se trémousse, tout ému, surtout que la main de l’homme déjà déboucle, tire et plie en deux la ceinture (ayayaille !). Le petit cul gargouille de modestes protestations. L’homme sans aucune compassion pour les gargouillis gronde un truc du genre :

- Je vous conseille de vous tenir tranquille et d’arrêter vos jérémiades !

Il lève le bras et abat, sur le pauvre petit cul framboise, la ceinture. Une fois ! Deux fois ! Trois fois ! Et le petit cul commence à vriller sur le coté pour essayer de protéger le haut de sa cuisse droite que l’on voit déjà marquée de deux belles traces que je fixe en respirant lourdement (j’aurais jamais cru être aussi voyeuse, quel kif !

L’homme vient se placer derrière le petit cul meurtri qu’il saisi aux hanches pour le replacer bien dans l’axe.

- Ne bougez plus ou je vous attache !

- Oh non s’il vous plait (et blablabla, vous connaissez la sérénade)

Il s’éloigne d’un pas et le petit cul gourmand se tend. La fouettée reprend : une, deux, trois, et de nouveau le petit cul (qui ne sait vraiment pas ce qu’il veut) commence à frétiller de plus en plus vite sous le piétinement rapide des petons chaussés de slippers souples. Velouté vermillon, le petit cul  se tord et gémit. Je suis fascinée ! C’est super érotique, t’imagines même pas ! Encore ! Encore !

L’homme s’approche du petit cul et couic, ça coupe ! On ne voit plus rien, il vient de redresser le petit cul mortifié et le miroir n’est qu’en partie basse du mur. Au dessus n'y a qu’un tas de vieilles cassettes et de fourbignole sur de fines étagères. Puis, ils partent tous deux vraisemblablement vers la chambre (mais je ne peux pas te raconter la suite n'y a pas de miroir, non plus, dans la chambre…)






dessin de Toshio Saeki


25 commentaires:

  1. Miroir mon beau miroir, dis-moi qui en a pris une belle ? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je sais ! Le ptit cul ! :D... je n'ai pas encore le déguisement de blanche neige juste celui du petit chaperon... ;)

      Supprimer
  2. Merci Ellie pour ce récit ; le double positionnement en démultiplie la sensualité. Pas besoin de photo ou de dessin: la situation s'imprime d'elle même dans notre imaginaire.
    Il y a quand même un détail qui me tarabuste , oh un rien du tout, mais comme il figure dans l'image mentale projeté sur mon cortex, j'ai besoin d'éclaircir ce point . J'ai cherché dans le Larousse, le Littré, les deux Robert, wiki et google, rien !
    Le mot "fourbignole" n'apparait nulle part...
    De quoi peut-il bien s'agir ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah heuuu :

      Fourbi - Fourbignole
      Bagne - Bagnole
      Pigne- Pignole
      ....
      non ? :D

      Supprimer
    2. Mouais ... doucement sur la gnôle, quand même ;)

      Supprimer
  3. 70 deniers ! c'est chaud... ;)

    merci d'avoir raconté ce truc, ça valait la peine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 70 ? Oui c'est chaud ! :) C'est pour être a peu près partout à la même température !

      Supprimer
  4. Bonjour Ellie et vous tous,

    C'est pas beau de rire du malheur des autres !!! J'imagine bien ce court texte sous forme d'une mini-BD tout en NetB. J'espère pour cette demoiselle que Dame Nature l'a doté d'un rembourrage fessier conséquent. Sinon qu'est-ce qu'elle va déguster ! Good luck !!!
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
  5. Bien sur que vous pouvez nous raconter la suite, un peu d'imagination queue diable! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste une petite histoire sans queue ni tête ! :)

      Supprimer
  6. C'est tellement bien raconté qu'on dirait du...vécu...un cul vaincu...

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Ellie,

    Vingt culs, dites-vous ? Certes ! Mais où sont passées les dix-neuf chaises (musicales! Bien sûr ! ) ???? Rires.
    Peter Pan

    RépondreSupprimer
  8. On peut dire que ce cul a du ressort....quant à l'auto-faux cul....enfin, faute avouée...etc...

    RépondreSupprimer
  9. Ahhh le claquement régulier d'un ceinture... rien que de l'entendre ça me fait frémir tant il me reveille des souvenirs...

    RépondreSupprimer
  10. Titi et sa petite madeleine auriculaire .... :) :-*

    RépondreSupprimer
  11. Titi au coin ! On ne proust pas sur Never. J'ai pas que ça à faire d'aérer !

    RépondreSupprimer
  12. Déjà, j'adore le crobard ! Aussi le fessier Zébulon... C'est marrant ça, pourtant il me semble que je n'y étais pas et pourtant... je parle du récit hein, Tournicoti, tournicoton ! Miroir dis-moi qui était là ? C'est bien ce que je pensais, je n'y fus point. Mais alors ? Aurais-je encore eu dans mes sommeils tarabiscotés, non beurrés, quelques rêveries pervexitantes à moins qu'ils ne soient pervexitentantes ? Pourtant j'aurais juré que... ö vieillesse haine-mi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as juste été hypnotisé par le Zébulon (2), Mike, t'es pas gâteux ! ;)

      Supprimer
  13. Est-ce du voyeurisme que de contempler son propre derrière en train de rougir ?...
    En est-ce aussi lorsqu'on se trouve dans un endroit propice ou le miroir plafonnier nous renvoie nos prouesses horizontales ?...
    Eh bien, si c'en est, tant mieux !... J'éprouve une grande compassion pour les aveugles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas mais j'ai vraiment ressenti une émotion particulière ce jour là. Je me suis faite surprendre et hypnotiser par le reflet

      Je n'ai pas entièrement quitté mon corps pour aller me nicher dans un angle du plafond de la pièce comme ça à pu m'arriver sous le coup d'une très forte émotion. Non c'était moins effrayant, plus doux, plus jouissif.
      Bon voila, comme ça vous le savez tous, je suis foldingue.

      Supprimer
  14. Je le sais depuis longtemps !... Mais je vais envisager davantage de jeux de miroirs, c'est passionnant. Chez moi, naturellement. C'est difficilement transportable !...

    RépondreSupprimer
  15. Heuuuu oui Parrain,... pas dans la rue s'il vous plait ! :D

    RépondreSupprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D