samedi 28 novembre 2015

Vieilleries


Y à longtemps, j'avais un loup. Un loup et un autre pseudo. Ceci explique cela...




(Avant de faire le ménage faut d’abord ranger. Du coup on tombe sur des tas de vieilleries dans le fond de ses tiroirs, ... Je te poste celle là, avant de l'oublier)


" Il était une fois un Weebmaster terrible, terrible !
La nuit il revêtait une peau de loup et courait les bois pour fesser le petit chaperon, boucle d'or, la belle au bois dormant, blanche neige et les sept nains et tous ceux qui lui tombaient sous la main.

Mais un jour, ou plutôt une nuit, alors qu'il trottinait en humant l'air, il ne s’aperçut pas que sa peau de loup s'était prise dans une ronce et il continua tranquillou à cavaler à loilpé dans les bois. Mmmmmh, Mmmmmh..., ça sentait bon par là, y avait sûrement un ptit cul à fesser dans les parages. Sur la pointe des pieds, en lousdé, il se glissa de troncs en troncs, tendit son cou pour enfin apercevoir le ptit chaperon en train de rêvasser peinardissimo, assis dans les fougères (en vérité il cuvait ses Irishs que ses potes, Mike et Titi, l'avaient forcé à boire, mais ceci est une autre histoire...).

- AH, Aaaah, petit chaperon je vais te fesseeeeeeeeeeeeer ! Rugit le loup en bondissant de derrière son arbre.

Le petit chaperon sursauta et s'attrapa illico le hoquet du siècle :

- C'est HIPS, pas des HIPS, manières HIPS ! Qui HIPS êtes vous, HIPS ?

- Ben chuis l'loup, quoi ?

- Espèce de HIPS de heuuu comment on dit déjà de, HIPS ! Merde quoi ! Vous savez bien un type qui se fait passer pour un autre ! HIPS !

- Un pléonasme ?

- HIPS ! Mais nooon !

- Un plagiat ?

- Mais NOOON ! HIPS !

- Un pastiche ?

- Non mais c'est pas vrai ? Tu le fais exprès pour me provoquer ou quoi ? Vient ici tout de suite ! Et le petit chaperon rouge de colère (tellement en colère qu'il en avait perdu son hoquet) attrapa le terrible Weebmaster par l'oreille, l'allongea sur ses genoux et n’eut même pas la peine de lui baisser quoi que ce soit pour lui en coller une de compétition ! "


                                                                                                                                     The End  (10/04/2014)



 

- Bien moi je vous dis que quand on écrit un truc comme ça, à propos de son Loup, ça sent effectivement la fin !

- … La faim ?

- Vous le fais exprès de n'pas comprendre ? Le roussi, je vous dit !

- Flûte…



 - Et arrêtez de vous contorsionner comme ça, vous allez finir par vous casser quelque chose.

-
Ch'fais c'que j'veux !



Et c'était quoi le mot que le loup devait trouver, au fait ? M'en rappelle plus...

lundi 23 novembre 2015

Femme Dominache !



 Champagne - photo de Nicolas Michon



Mais flûûûûteuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu ! J'ai une baraque, des mômes, deux boulots, un mari, trois amants, des poissons rouges et pas de femme de ménage !

Mais flûûûûteuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu ! Je ne pourrais pas être un chouia microscopaïte Domina ? J'ai rencontré des gens qui adorent faire le ménage chez toi,... en petite tenue de plus, rhaaaaaaaaaa !

Mais flûûûûteuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu ! Bien que... je me sens glisser en un tour de main dans la peau d'une cinglante Domina quand quelqu'un me fait une crasse ! *




*faites la queue ceux qui se sentent concernés, y a audition !

dimanche 15 novembre 2015

En raison des récents événements ...




 je me suis achetée une culotte







Quand je veux me suicider, je vais au Mac Do. Quand je veux ressusciter, je m’achète une culotte. Un jour, je venais juste de rompre..., ça c'est du lourd parce que j'aime pas rompre du tout du tout, je trouve ça vachement dur de faire ça. Bon donc,  après un blanc, il me demande :

- Mais c'était bien quand même ?
- Ah mais c'était SUUU-per ! Mais on ne se voit vraiment pas assez et puis j'ai rencontré quelqu'un d'autre (*) ...

Ce jour là, figures toi, c'était le premier jour des soldes. Razzia au rayon lingerie !








(*) Ensuite, "autre" m'a lourdée parce qu'il avait rencontré quelqu'un d'autre et que du coup j'avais du temps pour rencontrer plein d'autres... 

Mais ceci ne nouuus regarde pas !


Essayage à la demande de Dita et Antoine, 
parce qu'ils le valent bien ! ;)




Je te rajoute une version top canon, par Christelle Berthon, de la Marseillaise et pourtant j'aime pas la Marseillaise..., sauf Fraise ;)


samedi 7 novembre 2015

Autofocus



Je tiens absolument à te raconter un truc que j’ai vu hier.



photo deeeeeeeeeeeeee... ?

de Alexey Persikov, + déclinaison (Merci Anna)




Au premier plan, il y a un petit cul de profil déjà bien rouge, le buste en chemisier blanc aplati sur une lourde table en bois et les jambes d’équerre, debout, gainées de bas noirs 70 deniers. Juste derrière on devine un homme. On devine parce qu’on ne voit pas non plus son visage. On voit son pantalon, et ses mains, surtout, posées sur sa ceinture noire à boucle argent. Et puis il y a sa voix de basse qui dit :

- Il me semble vous avoir entendu dire qu’un homme enlevant son ceinturon, vous faisait de l’effet. 

(Moi,...  j’ai jamais dit ça, j’ai juste dis que les manches qu’on roule…, mais je connais au moins deux copines perverses que je peux dénoncer... enfin si je l'ai peut être dit, ou même ecrit, je m'en souviens maintenant mais c'était y à longtemps ....)

Bon donc, à ces mots, j’ai les yeux qui s’écarquillent ! Le petit cul lui se trémousse, tout ému, surtout que la main de l’homme déjà déboucle, tire et plie en deux la ceinture (ayayaille !). Le petit cul gargouille de modestes protestations. L’homme sans aucune compassion pour les gargouillis gronde un truc du genre :

- Je vous conseille de vous tenir tranquille et d’arrêter vos jérémiades !

Il lève le bras et abat, sur le pauvre petit cul framboise, la ceinture. Une fois ! Deux fois ! Trois fois ! Et le petit cul commence à vriller sur le coté pour essayer de protéger le haut de sa cuisse droite que l’on voit déjà marquée de deux belles traces que je fixe en respirant lourdement (j’aurais jamais cru être aussi voyeuse, quel kif !

L’homme vient se placer derrière le petit cul meurtri qu’il saisi aux hanches pour le replacer bien dans l’axe.

- Ne bougez plus ou je vous attache !

- Oh non s’il vous plait (et blablabla, vous connaissez la sérénade)

Il s’éloigne d’un pas et le petit cul gourmand se tend. La fouettée reprend : une, deux, trois, et de nouveau le petit cul (qui ne sait vraiment pas ce qu’il veut) commence à frétiller de plus en plus vite sous le piétinement rapide des petons chaussés de slippers souples. Velouté vermillon, le petit cul  se tord et gémit. Je suis fascinée ! C’est super érotique, t’imagines même pas ! Encore ! Encore !

L’homme s’approche du petit cul et couic, ça coupe ! On ne voit plus rien, il vient de redresser le petit cul mortifié et le miroir n’est qu’en partie basse du mur. Au dessus n'y a qu’un tas de vieilles cassettes et de fourbignole sur de fines étagères. Puis, ils partent tous deux vraisemblablement vers la chambre (mais je ne peux pas te raconter la suite n'y a pas de miroir, non plus, dans la chambre…)






dessin de Toshio Saeki