lundi 21 septembre 2015

The Keyhole



Par le trou de la serrure, le photographe néerlandais, Erwin Olaf, 
nous fait découvrir son travail sur la honte...



l'humilité, le remord à travers les positions de ses modèles.




Je t'ai sélectionné certaines de ses photos, petit clin d’œil à certains de nos jeux punitifs.
En particulier : Le coin ! Le coin, lieu de mijotage, lieu de réflexion, de confession,
lieu de frôlements, de susurrements menaçants, lieu sacré d'entre deux fouettées.






 
Hindi Zahra - Stand Up

33 commentaires:

  1. Sans oublier le "petit coin" où il se passe parfois tant de choses....!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ... Le petit coin de ta tête ? ;)

      Supprimer
  2. Je sais que c'est pas bien mais j'ai mis mes enfants au coin quand ils étaient petits.
    ça leur permettait vraiment de s'arrêter et de réfléchir à ce qu'ils venaient de faire.
    Peut être viendront ils me dire merci dans quelques années?
    ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :D ! Surtout n'oublie pas de nous tenir au courant.

      Franchement je trouve que c'était plutôt une bonne idée. Mieux vaut un bon coin qu'un bon coup !

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup la troisième photo... déformation professionnelle, sans doute. On imagine volontiers ce qui a pu se passer avant: une leçon de géométrie dans laquelle l'enseignant s'est investi; malheureusement, il est face à une élève qui met beaucoup de mauvaise volonté. Il perd patience petit à petit... il faut dire qu'elle ne fait pas beaucoup d'effort, non plus !
    Face à l'humilité de l'élève, la posture du professeur montre de la déception et du ressentiment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je trouve cette photo avec une meilleure définition je l’échangerai. Effectivement, on sent très bien dans l'atmosphère comme un reste d'explication orageuse... J'aime bien le petit pan de la chemise blanche qui dépasse du pull de l'élève toute contrite.

      Supprimer
  4. Analyse intéressante en effet...mais si la leçon de géométrie avait plutôt porté, non pas sur un triangle comme inscrit au tableau, mais sur le cercle, voire les rondeurs....allez savoir si la gamine n'y aurait pas pris goût...Quant au Prof, justement vu la construction géométrique (trique?) que l'on peut faire à partir de l'angle de vue de son regard, ben je crois bien que c'est certaines rondeurs qu'il regarde....Ah ces enseignants...encore plus pervers que les médecins!!!

    RépondreSupprimer
  5. Arghhh...esprit d'escalier toujours....oui bien sûr...certains triangles de l'anatomie féminine méritent également qu'on s'y intéresse...qui a rajouté poil aux fesses au fond de la classe????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans l'escalier il se passe parfois tant de choses....!!!! :D

      Supprimer
  6. J'aime la première photo, tête baissée, raie au milieu des cheveux, tresses sages, les mains derrière le dos qui s'agrippent l'une l'autre en signe de nervosité. Le coin est le lieu où l'on rumine sa faute ou bien où l'on prépare la révolution : remords dus à la faute ou envie de meurtre? Châtiera bien qui châtiera le dernier

    RépondreSupprimer
  7. C'est la photo choisie pour illustrée la couverture de son volume II. On se révolte au coin si la punition est injuste. Sinon c'est un bel endroit pour réfléchir aux prochaines bêtises ;)

    RépondreSupprimer
  8. Erwin Olaf est un grand photographe -sans doute parmi les meilleurs depuis les années 80. C'est un remarquable metteur en scène, comme le fut parfois Helmut Newton. Certaines de ses compositions me font penser à des tableaux d'Edward hopper.
    Un peu froid pour mon goût.
    Et Erwin a les moyens financiers (balaises) pour donner libre cours à son inspiration...Je ne minimise en rien son talent en écrivant cela, mais ça aide considérablement à l'épanouissement créatif.

    Ah oui, la honte, le coin... Je dois avoir aussi pas mal de photos sur le sujet, que j'ai beaucoup traité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reconnais bien là le savoir de l'ami Waldo. C'est du sérieux même si parfois il blague en coin.

      Supprimer
  9. "Certaines de ses compositions me font penser à des tableaux d'Edward hopper."

    Effectivement. Comme une sorte de solitude des personnages.
    Ah oui ? vous avez une collection de photos de coins ? Il faudra faire une expo alors, au moins sur votre blog !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus c'est bien la période des coings non? une bonne (dé) gelée de coing...hum....mais ça nous ramène au temps de nos grands mères ça!

      Supprimer
    2. Au temps où les grands mères savaient se servir d'une cuillère en bois autrement que pour touiller la confiture !...

      Supprimer
  10. Bonjour Ellie,

    Le thème du coin (coin ! coin ! ) (pas le "petit coin " ! ) : voilà une thématique si chère à notre chère Isabelle !
    Lieu de méditation avant ou après une fessée. Qui n'y a pas assisté jeune, en classe ou à la maison ?

    RépondreSupprimer
  11. ... En classe, oui ! Surtout en primaire... J'y allais régulièrement ! J'ai adoré la primaire ! :D

    Au coin ou sous le bureau ? : Avantages et inconvénients - Vous avez 1 heure ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Professeur Max,

      N'oubliez pas le stylo rouge pour les fautes ! Je fayote un peu , quoi ! "Mac-Miche, ne distrayez pas vos camarades avec vos impertinences ! " Rires.

      Supprimer
    2. Bonsoir Ellie,

      Quant j'étais au Collège (années 1978-1983), le coin était remplacé par le "cagibi", en réalité une anti-chambre vitrée et encombrée de dicos, etc... Nos copains agités y faisaient un petit tour. Mais ça n'allait pas plus loin que ça ! Cool, non ?

      Supprimer
    3. Je n'avais pris le temps d' écouter la zik....joli brin de voix..mélodie juste entêtante ce qu'il faut...Quant à l'image qui accompagne, hum, ce morceau de ferraille qui dépasse du mur..idéal pour y enrouler un morceau de corde....avec le pan de mur délabré...on s'y croirait...voire on en rêve...

      Supprimer
    4. J'aime beaucoup cette chanteuse, ça doit bien faire quatre-cinq ans qu'elle est de plus en plus programmée sur des festivals de jazz en France. Et oui il y a des petits détails dans ce choix ;)

      Supprimer
  12. Y'a des trucs comme ça complètement loufoques. Tenez par exemple, à l'école y'avait le coin, suivant les classes, c'était au bout du tableau, au fond de la classe, au bout de la rangée des portemanteaux ou dans un des angles de la cour de récrée. Bon comme dit Ellie, valait mieux ça que des coups de règle sur les doigts ou des claques sur les cuisses... Hum parfois on avait droit aux deux, mais c'était rare. Donc il y avait le coin et ce n'était pas ce qu'il y avait de plus drôle. Et bien figurez-vous, surement un défit ou une bonne mesure de contradiction voire de dérision, que dans la cour nous jouions aux quatre coins... Allez-donc savoir ce qui se passait dans notre caboche ?

    RépondreSupprimer
  13. Cointreau? Aurais tu peur que ton fesseur habituel ne cogn..a...c?

    RépondreSupprimer
  14. sur ce cul, laissons s'épanouir les raisins (raisons?) de la colère...oui, c'est un peu alambiqué...

    RépondreSupprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D