mardi 31 mars 2015

La meufattitude


We Can Do It! (1943) de J. Howard Miller USA - Et quelques uns de ses nombreux détournements




Bon voila, on m'a bien fait comprendre que c'était pas le tout d'écrire des grivoiseries. De temps en temps, il faudrait voir à se recentrer sur les vrais valeurs bien profondes de la vie !
 
A savoir - Cette affiche a acquis au fil des ans un véritable statut d’icône de la pop-culture. Elle ne fut pourtant diffusée que très brièvement en 1943, essentiellement sur les murs des usines d’armement où travaillaient de nombreuses femmes durant la Seconde Guerre mondiale pendant que les hommes se battaient sur le front. Elle ne fut en fait redécouverte que tardivement, dans les années 80, et très largement reproduite depuis sous diverses formes ... Repompé ici ou tu peux aller te chatouiller l'hypothalamus...




lundi 23 mars 2015

cunni et lingus sont en bateau


 Son jardin, Catrin Welz-Stein




Le 18 mars 2015 10:22
Lui
à Moi

 ... Les souvenirs flottent encore dans la pièce


Le 18 mars 2015 10:24
Moi
à Lui

Ces souvenirs ont ils un parfum, une odeur ?


Le 18 mars 2015 10:27
Lui
à Moi

Une odeur, une saveur, et des résonances. J'ai encore tout ça dans le nez sur la langue  et dans les oreilles, aussi, sans oublier les sensations tactiles. Ma langue au creux de tes cuisses et mes bras tendus vers tes seins que je devinais dans l'obscurité, et mes doigts qui les font rouler. Tes mouvements de bassin venant à la rencontre de mes coups de langue, ton jus sur mes lèvres...


Le 18 mars 2015 10:28
Moi
à Lui

Alors, ta langue au creux de mes cuisses on en parlera jamais assez !


Le 18 mars 2015 10:29
Lui
à Moi

Je ferme les yeux 2 secondes et je te revois au dessus de moi. Quel pied ! 
Bon ben voilà c'est gagné, je bande ! 
 

Le 18 mars 2015 10:31
Moi
à Lui

Hmm ..., restons con-centré, please !




Work - Horyon lee 





dimanche 15 mars 2015

Parfaitement d'abord !



La p'tite blonde, tout a fait moi physiquement à cet âge, avec une forte tendance comme la petite brune à me réjouir intensément de tout ce qui pouvait m'extirper du morne ordinaire scolaire.

Quand Z.elle.... (je me souviens très bien de son nom)  a été chercher, au fond de la cuvette des toilettes à la turque de la cours, fermés par de hautes portes en bois, sans verrou (tu peux me tenir la porte), une merde, dans une feuille de PQ glacée, marron, pour l'écraser, juste devant moi, sur la face d'une sale petite emmerdeuse (je ne me souviens plus de son nom)... Ce fut un grand moment de surréalisme profond que je te fais partager, des années plus tard.

Le surréalisme, un mouvement littéraire, culturel et artistique du XXe siècle, comprenant l’ensemble des procédés de création et d’expression utilisant toutes les forces psychiques (automatisme, rêve, inconscient) libérées du contrôle de la raison et en lutte contre les valeurs reçues...


Les réactions et la punition qui suivirent, moins surréalistes, certes, mais toutes aussi puissantes, avec ce joli grain qui grattouilla efficacement, en un tourbillon, mes folies déjà germées...


dessin - Midori Yamada


J'ai une adorable lectrice,...  j'en ai d'horribles aussi, mais je les cache ! qui voyant certain sensible au sujet du dessin si dessus, m'envoie un poème de Salah Stétié - Méditation sur la mort d'une figue - Rien qu'à la lecture, je me suis sentie bercée dans les dernières odeurs de l'été méditerranéen. 
Ferme les yeux, je vais extirper le plus délicatement possible deux strophes, sur les dix, de ce poème de toute beauté.



4


Beauté saveur l’éclat des étamines
Tes fibres tes fibrilles
Quand tu ouvriras cela qui savait rire
Était bouche avec bouche
La couleur de ta chair chargée de lèvres
Et ta langue profonde
Déchirait les tissus et retissait
Le corps comme une langue ou flamme
Ou langue
Profanatrice, langue de profanation


8


Tu es présente dans l’esprit ultime vulve
Que remplira le sable de l’esprit
Et qui disparaîtra, non pas figue,
Mais femme avec des drapés de silencieuse
Dans un Orient vieilli de vieux raisins
Pleurant on ne sait qui, le nom perdu,
Femme qui fus
Suprême dans tes voiles
Et ces voiles ont brûlé aussi, et tes cheveux





Allez une tite chanson !

mardi 10 mars 2015

plaisirs du doigt et de l'oreille


Non, l'onanisme n'affecte en rien l'audition. Sombre foutaise que cette rumeur sans fondement... Sans fondement, en plus, t'as qu'à voir !



J'entends ta respiration, 
J’entends le bruit des cons, 
J'entends glisser tes pieds, 
J'entends le loup et le renard chanter,
J'entends attachée, en t'attendant...



mercredi 4 mars 2015

Pétales de rose

...Et puis d'abord on dit pas pétales de rose, mais feuilles de rose ! Avec un petit cadeau, elles me feraient des fantaisies, des feuilles de roses... la brouette, la promenade du chien, le truc du zouave, la chaise chinoise..


 Photo : Niklas Alm/Vostro



Mon père pardonnez moi parce que j'ai péché,  je suis allée à l'expo, gratuite et sans queue, de l'institut Suédois, au lieu de geeker peinardos sous la couette, pendant tout le weekend.  Une expo chic et choc, sur  la publicité messagère, ou, l'art et la manière d'être compris et écouté. Plus que de la pub !

Comment résister à l'appel de cette photo choisie pour l'affiche ? Photo immédiatement traduisible par des pétales de sexe féminin cousus > Plaisir de femme interdit. Et pour cause, c'est un visuel de campagne de Amnesty International Sweden contre l'excision.




Plus que de la pub - Institut Suedois
le marais à Paris - jusqu'au 03/05/2015