vendredi 27 février 2015

FESSES !






Bon, hein, j'ai bien réfléchi. J'aime trop les fesses et j'ai pas envie de trembler de la gélatine à chaque fois que je poste un dessin ou une photo. J'aime trop aussi découvrir ou redécouvrir des artistes reconnus ou non et partager ça avec d'autres, parce que sinon ben je m’achèterai un xième disque dur pour garder mes ptits trésors de bonheur pour moi, la belle affaire ! Donquedonquedonc je me suis créé une ptite pancarte :


que j'ai posée sur les parties sensibles de deux ou trois photos, voila. Mais décemment je ne peux pas faire plus. Google va avoir beaucoup de boulot pour vérifier tout son ptit monde, donc ce never,  œuvre CULte, sera fermé, à moins que la censure s'assouplisse un peu entre érotisme et pornographie..., non même pas, pornographie pour les uns, blablabla pour les autres et  hmmmm... "représentation photographique de l'acte sexuel ?", sera fermé, disais je (ça va tu es toujours là ?), dans trois semaines ou un peu plus. Maintenant, imaginons que cela ne soit pas le cas, je ne vois quand même pas d'autres solutions que d'ouvrir un autre tiroir dans le buffet du net pour continuer. Y a pas à tortiller, va falloir y passer, soupire la feignasse... Surement, cette "conculsion" profonde du matin va t'astiquer ta journée déjà fort ensoleillée.


Dernière minute - Re-retournement de culotte chez Blogger que nous signale dita (quel suspens !!!)

Hello everyone,

This week, we announced a change to Blogger’s porn policy. We’ve had a ton of feedback, in particular about the introduction of a retroactive change (some people have had accounts for 10+ years), but also about the negative impact on individuals who post sexually explicit content to express their identities. So rather than implement this change, we’ve decided to step up enforcement around our existing policy prohibiting commercial porn.
 

Blog owners should continue to mark any blogs containing sexually explicit content as “adult” so that they can be placed behind an “adult content” warning page.
 

Bloggers whose content is consistent with this and other policies do not need to make any changes to their blogs.
 

Thank you for your continued feedback.
 

The Blogger Team


...Vous reprendrez bien un doigt ?


un Hoplas sur "Mais oui mais oui l'école n'est pas finie"

lundi 23 février 2015

Cher utilisateur de Blogger...

(suite des embrouilles)


Nous vous informons que nous allons bientôt apporter une modification au règlement relatif au contenu de Blogger. Celle-ci est susceptible d'avoir une incidence sur votre compte.

D'ici quelques semaines, nous n'autoriserons plus les blogs où sont publiées des images ou des vidéos montrant de la nudité ou à caractère sexuel explicite. Lorsqu'elle est représentée dans un contexte artistique, éducatif, documentaire ou scientifique, ou lorsque l'importance des enjeux pour le public nous conduit à ne pas prendre de mesures relatives au contenu, la nudité restera autorisée.

Le nouveau règlement entrera en vigueur le 23 mars 2015. Après cette date, nous limiterons l'accès aux blogs qui, selon nous, ne respectent pas le nouveau règlement. Nous ne supprimerons pas de contenu, mais seuls les auteurs des blogs concernés et les personnes avec lesquelles ils ont expressément partagé leurs blogs pourront voir le contenu que nous aurons rendu privé.

D'après les informations en notre possession, votre compte est susceptible d'être concerné par cette nouvelle règle. Veuillez ne pas créer de contenu qui serait contraire à celle-ci. Nous vous demandons également d'apporter les modifications nécessaires à votre blog existant pour le mettre en conformité avec celle-ci le plus rapidement possible et éviter ainsi toute interruption de service. Vous avez aussi la possibilité de créer une archive de votre contenu à l'aide de Google Takeout (https://www.google.com/settings/takeout/custom/blogger).

Pour en savoir plus, consultez ce site (https://support.google.com/blogger?p=policy_update).

Cordialement,
L'équipe Blogger




Gasp !

photo  - Hans Bellmer

Je pensais - On doit vomir d'encore plus profond en mettant son doigt par là....
Nan, lis pas ce que je viens d'écrire...




Et donc Hans Bellmer, oui, oui, oui. Je suis tombée sur un bouquin de ses œuvres qui trainait sur la table du salon à l'âge ou je jouais encore à la poupée. Et heuuu... On dirai que je ferais la poupée et que toi...






samedi 21 février 2015

mais oui mais ouiii l'école n'est pas finiiiie...


On dirait que tu serais le maitre et moi l'élève ... (suite)

Toute heureuse d'être tombée sur cette petite série - je ne connaissais que la photo du dessus peut être bien postée chez Maitre Waldo,... - je m'empresse de te faire partager mon ravissement devant le naturel et la joie de vivre de ses grandes écolières, que cela soit du "pour de vrai", ou, "pour de faut".






Tu remarqueras la petite numérotation en bas a gauche démontrant ici ma bonne compréhension de la notion de "supérieur à". Si dans ton petit panier, tu trouves quelques tirages complémentaire à cette série, n'hésite pas ! Participe à cette communion de la toile, envoie les moi.



(quelques nouvelles photos de cette série par Isabelle )








- Ma première contribution à la grand messe du net. Waldo m'envoie ces trois photos sorties d'un recueil de photos vintage qui s'intitule : Velvet Eden collection 1979 d'un certain Richard Merkin.  Des photos bien de cheuuu nous, malgré tout !







- J'attends des photos d'Isabelle 183 quand l'école reprendra justement. Et voila, Isabelle m'a retrouvé dans ses archives un carton plein envoyé par une de ses lectrices. Une série grande règle plate en bois.









-  La série "ZUT pour Madame" envoyée par Antoine, entre autres, avec la bonne copine qui aide la maitresse et se retrouve dans la même situation.








- Et puis une petite avec un garçon tout de même !





dimanche 15 février 2015

Y a pas kmoi

qui rêve. Des fois, même, on rêve de moi... Je me méfie d'ailleurs, maintenant, quand on me dit - J'ai rêvé de toi ! J'ai une amie, enfin plus précisément, j'avais une amie, qui croyait casch que tout ce que je faisais dans ses rêves, à elle, était vrai... Les gens bizarres ne me font pas fuir assez vite ;)


Photo Marcel Mariën - la cathedrale (1983)


Mon Barbu m'écrit, ce matin, pour m'embrasser fatigué et me raconte sa folle nuit .

"...je me suis retrouvé avec toi...moi je ne sais pas mais toi tu étais nue et plus que nue..ton corps si mince et frêle était comme une liane qui s'enroulait autour de moi, mes mains étaient sur tes hanches et ta taille et tu virevoltais autour de moi, ou plus exactement autour de mon sexe qui était totalement au fond de toi...Nous étions sur un petit lit comme celui d'une salle d’examen médical, avec un radiateur juste derrière et tu as glissé entre le lit et le radiateur...je t'ai rattrapée par les chevilles et tu as agrippé ma bite pour te redresser, ce qui m'a fait jouir, t'inondant les seins. J'étais très ennuyé n'ayant plus que mes doigts pour te faire jouir et j'ai enfoncé ce que j'avais au bout de ma main (mes doigts donc !), dans ton cul...et je sentais dans mon rêve ton cul et ton pouls palpiter contre mon index..c'était sidérant... de vérité.."


 J'ai trouvé ça sidérant... de crudité. J'ai complétement croqué !


Photography by Uwe Schramm







dimanche 8 février 2015

Swag de cages à poules





Souviens toi de la cage à poules dans les parcs au sable mouillé, pigeons crottés, dans nos cirés craquants... La cage, j'avais essayé d'imaginer comment on s'y sentait, comment on s'y installait. Et puis la sensation d'être ainsi emprisonnée exposée, plus ou moins habillée.




Bref comme d'habitude, j'avais une nouvelle curiosité. Pour une vilaine, satisfaire une curiosité ne veut pas dire l'adopter, mais l'apprivoiser surement. J'avais complétement zappé qu'une cage n'a pas forcement un fond plein. Se tenir tranquille et se concentrer, sur un maillage de fers plats, courbée ou sur les genoux, ouille, ouille ... Cage à poules, zéro étoile ! :p









jeudi 5 février 2015

Le con

siège dans l'escalier...




- Mademoiselle !
- ...
- MADEMOISELLE !

Je me penche au dessus de la rampe et par la trémie toute en courbes de l'escalier, je le vois, grand sourire, instrument dressé en main. J'apprécie et lui lance fort aimablement.

- Oh qu'il est mimi le petit !

- Comment ça, "petit"? Descendez donc voir ! m'envoie t'il sur un ton contrarié, dans son beau costume rayé. 

Comme je suis une délicieuse soumise obéissante et tout et tout comme on en fait plus, ni une ni deux, je redescends quatre à quatre, pattes. Mais, encore raté, le p'tit oiseau s'est envolé...