dimanche 27 décembre 2015

Post-nouvel an

Ruby Aldridge by Fanny Latour-Lambert for Lurve, Fall/Winter 2013


Tous les ans, juste avant le premier, je me laisse aller en mode connasse. Après tous ces efforts, de touuuute l'année, pour rester en mode déontologie ... Etre aimable, conciliante, laisser gagner l' fesseur, ne pas manger dans la gamelle d'autruite, ...en mode conne ? Oui c'est ça ! , il faut absolument que je dérape, sinon, quelle bonne résolution je pourrais bien prendre pour l'année suivante, hein ? Je te l'demande  ?



encore 3 jours à se la couler douce...
encore 2
plus qu' 1

jeudi 24 décembre 2015

no elle !


- Loup y es tu ?
- M'entends tu ?
- Que fais tu ?






Cher Père Noël, je voudrais des bas vintages...
 



Piqué chez Waldo sans autorisation. Ça faisait 
bien dans mon post et puis c'est moi qui ai commencé !




Belles fêtes à toi, à tous, petits et grands, moches et beaux barbus chevelus tondus bigleux chiants ou inventifs drôles soupe au lait, pour ou contre, ou tout contre !


samedi 19 décembre 2015

selection de moi


Ayé ? T'as fait tes cadeaux ? ... TOUUUS tes cadeaux ?  
A TOUT l'monde ? Mon œil !




l'as tu celui là ? ...



dessin de Geoff McFetridge





Lundi 21 décembre 2015


Raz le bol qu'on te demande ta participation sur les blogs que tu suis ? Impeccable ! n'oublie pas que c'est Noël et que rien ne vaut, comme cadeau, une bonne action bien chiante à faire !

Inscris toi et participe à l'écriture et l'illustration de ce fabuleux bouquin (qui n'a que sa première de couverture voir au dessus). Avec ce que t'as dans les tripes, épanche toi, envoie du lourd, dis leur la vérité à tout ceux là qui vont l'acheter et qui n'ont pas été touchés par la grasse, la grâce,  la garce,... enfin comme tu veux !

Commence par commenter en dessous en disant ce que tu te sens de faire, même si c'est juste te gratter le nez et lire les participations. Tiens d'ailleurs nous faut aussi une, un correcteur... 



Listing


EllieRegarde  si l'idée prend plait petit papa pouet pouet
Professeur Max - Corrige
Peter Pan - Illustre
Stan - Fait le reste
Antoine - Travaux pratiques


mardi 15 décembre 2015

masquetée




lui - ...et devine de quoi j'ai
envie là...ouiiiiiiiiiiiii...de te
voir filer sous le bureau à
4 pattes et...hum...oui.....

L - ... et... hum... que j'aboie ?





Mercredi -  Chouette téléphone mural, non ?

photo de John Goyer pour Liliane Hunt




Vendredi  -  Louyétu ? Mententu ?


photo - Olaf-Martens

mercredi 9 décembre 2015

la roulette ruse




 L'autre jour mon Parrain me dit via Skypapote :

- Regardez un peu ma Fillote ce que j'ai là ! Et hop, il me brandit sous le nez un roulette de Waterberg, version inox (pas plastique, on est pas chez les ... )


J 'y réponds :

- Hé ! du Parrain, j'ai déjà parlé de ce picouille nerfs sur Never, Pouf, pouf, pouf... 

- Ah oui ? J'ai pas lu ça...

- Vous suivez pas, Parrain, c'est lllllllllllllll... heuuuuu,.., là ! Et puis, ça peut aussi découper la pizza.







 Des sensations folles qui te font vriller, tortiller, perdre le sens des sens, sous la main a(i)mante
 Astuce du mois : Encore plus intense les yeux bandés




 Et si tu as les mains occupées (ou pas de main),
tu peux utiliser la version éperon.




En mémo et pour Waldo, un dessin de Ben Newman

mercredi 2 décembre 2015

g'Art g'Art


Bon allez, j'ai assez médit(erranée,... ma vie pour une longue baignade nue, dans ses eaux chaudes molles et poisseuses) Il faut que je te parle de cette exposition vue il y a quelques temps, avant...



Conquête de passage - Toulouse Lautrec



Le musée d'Orsay qui n'a absolument pas besoin de moi pour faire sa promo, propose sa troisième expo déculottée - Splendeurs et misères. Images de la prostitution, 1850-1910

Au niveau simplement des tableaux qui t'accueillent, difficile d'être déçu, on retrouve avec plaisir et excitation des œuvres de Degas, Monet, Toulouse Lautrec (mon chouchou depuis toute petite) et d'autres bien sur. Des photos aussi et puis voila qu'une lourde tenture rouge te cache un espace interdit aux malheureux "moins de 18 ans"  !

Et c'est là que gare ! Orsay (:p) va t'entrainer en un drôle de lieu pas recommandable du tout ! Imagine, derrière ce rideau ou tous les adultes ont disparu, de petites visionneuses accrochées au mur devant lesquelles il faut te pencher pour faire défiler des photos en pâmoison, pendant que derrière toi se forme une queue. Puis, quand déjà bien chauffé(e), tu pénètres la deuxième alcôve, c'est le cinématographe qui te cueille et tous ensemble, collés serrés, assis par terre, appuyés au mur, nous matons Monsieur Bidule et ses fixes chaussettes brandir les armes et trombiner gaillardement Mlle Trucmuche toute de froufrous. Rien que pour cette étonnante expérience partagée, devant du porno muet, essaye d'y passer !




En sortant, J'essaye mentalement, dans un maximum de postures inimaginables, le fauteuil d'amour ou chaise de voluptés. A ses pieds, enfin, une cane de flagellation à six chainettes et boules d'argent perforée, dans le genre de celle ci, mais encore plus belle, ayant appartenue à une grande horizontale... Je n'y croyais plus.



 

samedi 28 novembre 2015

Vieilleries


Y à longtemps, j'avais un loup. Un loup et un autre pseudo. Ceci explique cela...




(Avant de faire le ménage faut d’abord ranger. Du coup on tombe sur des tas de vieilleries dans le fond de ses tiroirs, ... Je te poste celle là, avant de l'oublier)


" Il était une fois un Weebmaster terrible, terrible !
La nuit il revêtait une peau de loup et courait les bois pour fesser le petit chaperon, boucle d'or, la belle au bois dormant, blanche neige et les sept nains et tous ceux qui lui tombaient sous la main.

Mais un jour, ou plutôt une nuit, alors qu'il trottinait en humant l'air, il ne s’aperçut pas que sa peau de loup s'était prise dans une ronce et il continua tranquillou à cavaler à loilpé dans les bois. Mmmmmh, Mmmmmh..., ça sentait bon par là, y avait sûrement un ptit cul à fesser dans les parages. Sur la pointe des pieds, en lousdé, il se glissa de troncs en troncs, tendit son cou pour enfin apercevoir le ptit chaperon en train de rêvasser peinardissimo, assis dans les fougères (en vérité il cuvait ses Irishs que ses potes, Mike et Titi, l'avaient forcé à boire, mais ceci est une autre histoire...).

- AH, Aaaah, petit chaperon je vais te fesseeeeeeeeeeeeer ! Rugit le loup en bondissant de derrière son arbre.

Le petit chaperon sursauta et s'attrapa illico le hoquet du siècle :

- C'est HIPS, pas des HIPS, manières HIPS ! Qui HIPS êtes vous, HIPS ?

- Ben chuis l'loup, quoi ?

- Espèce de HIPS de heuuu comment on dit déjà de, HIPS ! Merde quoi ! Vous savez bien un type qui se fait passer pour un autre ! HIPS !

- Un pléonasme ?

- HIPS ! Mais nooon !

- Un plagiat ?

- Mais NOOON ! HIPS !

- Un pastiche ?

- Non mais c'est pas vrai ? Tu le fais exprès pour me provoquer ou quoi ? Vient ici tout de suite ! Et le petit chaperon rouge de colère (tellement en colère qu'il en avait perdu son hoquet) attrapa le terrible Weebmaster par l'oreille, l'allongea sur ses genoux et n’eut même pas la peine de lui baisser quoi que ce soit pour lui en coller une de compétition ! "


                                                                                                                                     The End  (10/04/2014)



 

- Bien moi je vous dis que quand on écrit un truc comme ça, à propos de son Loup, ça sent effectivement la fin !

- … La faim ?

- Vous le fais exprès de n'pas comprendre ? Le roussi, je vous dit !

- Flûte…



 - Et arrêtez de vous contorsionner comme ça, vous allez finir par vous casser quelque chose.

-
Ch'fais c'que j'veux !



Et c'était quoi le mot que le loup devait trouver, au fait ? M'en rappelle plus...

lundi 23 novembre 2015

Femme Dominache !



 Champagne - photo de Nicolas Michon



Mais flûûûûteuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu ! J'ai une baraque, des mômes, deux boulots, un mari, trois amants, des poissons rouges et pas de femme de ménage !

Mais flûûûûteuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu ! Je ne pourrais pas être un chouia microscopaïte Domina ? J'ai rencontré des gens qui adorent faire le ménage chez toi,... en petite tenue de plus, rhaaaaaaaaaa !

Mais flûûûûteuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu ! Bien que... je me sens glisser en un tour de main dans la peau d'une cinglante Domina quand quelqu'un me fait une crasse ! *




*faites la queue ceux qui se sentent concernés, y a audition !

dimanche 15 novembre 2015

En raison des récents événements ...




 je me suis achetée une culotte







Quand je veux me suicider, je vais au Mac Do. Quand je veux ressusciter, je m’achète une culotte. Un jour, je venais juste de rompre..., ça c'est du lourd parce que j'aime pas rompre du tout du tout, je trouve ça vachement dur de faire ça. Bon donc,  après un blanc, il me demande :

- Mais c'était bien quand même ?
- Ah mais c'était SUUU-per ! Mais on ne se voit vraiment pas assez et puis j'ai rencontré quelqu'un d'autre (*) ...

Ce jour là, figures toi, c'était le premier jour des soldes. Razzia au rayon lingerie !








(*) Ensuite, "autre" m'a lourdée parce qu'il avait rencontré quelqu'un d'autre et que du coup j'avais du temps pour rencontrer plein d'autres... 

Mais ceci ne nouuus regarde pas !


Essayage à la demande de Dita et Antoine, 
parce qu'ils le valent bien ! ;)




Je te rajoute une version top canon, par Christelle Berthon, de la Marseillaise et pourtant j'aime pas la Marseillaise..., sauf Fraise ;)


samedi 7 novembre 2015

Autofocus



Je tiens absolument à te raconter un truc que j’ai vu hier.



photo deeeeeeeeeeeeee... ?

de Alexey Persikov, + déclinaison (Merci Anna)




Au premier plan, il y a un petit cul de profil déjà bien rouge, le buste en chemisier blanc aplati sur une lourde table en bois et les jambes d’équerre, debout, gainées de bas noirs 70 deniers. Juste derrière on devine un homme. On devine parce qu’on ne voit pas non plus son visage. On voit son pantalon, et ses mains, surtout, posées sur sa ceinture noire à boucle argent. Et puis il y a sa voix de basse qui dit :

- Il me semble vous avoir entendu dire qu’un homme enlevant son ceinturon, vous faisait de l’effet. 

(Moi,...  j’ai jamais dit ça, j’ai juste dis que les manches qu’on roule…, mais je connais au moins deux copines perverses que je peux dénoncer... enfin si je l'ai peut être dit, ou même ecrit, je m'en souviens maintenant mais c'était y à longtemps ....)

Bon donc, à ces mots, j’ai les yeux qui s’écarquillent ! Le petit cul lui se trémousse, tout ému, surtout que la main de l’homme déjà déboucle, tire et plie en deux la ceinture (ayayaille !). Le petit cul gargouille de modestes protestations. L’homme sans aucune compassion pour les gargouillis gronde un truc du genre :

- Je vous conseille de vous tenir tranquille et d’arrêter vos jérémiades !

Il lève le bras et abat, sur le pauvre petit cul framboise, la ceinture. Une fois ! Deux fois ! Trois fois ! Et le petit cul commence à vriller sur le coté pour essayer de protéger le haut de sa cuisse droite que l’on voit déjà marquée de deux belles traces que je fixe en respirant lourdement (j’aurais jamais cru être aussi voyeuse, quel kif !

L’homme vient se placer derrière le petit cul meurtri qu’il saisi aux hanches pour le replacer bien dans l’axe.

- Ne bougez plus ou je vous attache !

- Oh non s’il vous plait (et blablabla, vous connaissez la sérénade)

Il s’éloigne d’un pas et le petit cul gourmand se tend. La fouettée reprend : une, deux, trois, et de nouveau le petit cul (qui ne sait vraiment pas ce qu’il veut) commence à frétiller de plus en plus vite sous le piétinement rapide des petons chaussés de slippers souples. Velouté vermillon, le petit cul  se tord et gémit. Je suis fascinée ! C’est super érotique, t’imagines même pas ! Encore ! Encore !

L’homme s’approche du petit cul et couic, ça coupe ! On ne voit plus rien, il vient de redresser le petit cul mortifié et le miroir n’est qu’en partie basse du mur. Au dessus n'y a qu’un tas de vieilles cassettes et de fourbignole sur de fines étagères. Puis, ils partent tous deux vraisemblablement vers la chambre (mais je ne peux pas te raconter la suite n'y a pas de miroir, non plus, dans la chambre…)






dessin de Toshio Saeki


samedi 31 octobre 2015

les ptits vélos



Photo de ? ...Jecépaki


J'aime cette photo.
j'aime qu'on voit le ciel 
à travers les rayons.
pas toi ?



A peine remontée sur mon vélo, je freine pour sortir mon portable. C'est pas vrai ! J'espère que non...

Textos

moi - C'est toi qui a le... ...
Lui - Non, après tout c'est toi qui l'avais sur toi :D
moi - Zzzzzzzz à la demande de qui ? Et qui qui l'a enlevé :p
Lui - Tu veux retourner à l’hôtel demander ? 
moi - Heuu
Lui - Allez t'inquiètes pas, je t'en rachèterai un autre.


Je remonte sur mon vélo. Tout de même ça me fait chier, je m'étais attaché, c'était un cadeau et puis ça coûte bonbon ces bijoux, j'ai pas envie d'un nouveau, c'est celui là que je veux. Je téléphone à l’hôtel :

- Mademoiselle, on a oublié un objet un peu lourd, en métal argenté, surement sur le lavabos... Vous pouvez nous le mettre de coté ?

j'y passe quelques jours plus tard. La réceptionniste me tend une enveloppe bien fermée (ouf) en la regardant fixement (un chien regarde bien une saucisse). Je la prends..., ah chouette, une enveloppe à fenêtre ! 

Bon de toutes façons on est complètement grillé dans cet hôtel. La dernière fois un garçon d’étage est rentré dans la chambre en s'excusant, Pourtant ça devait sacrément s'entendre qu'il se passait des trucs terribles derrière cette porte fermée à clef. Je ne l'ai pas vu, lui (occupée !) mais lui m'a vu, oui... Autant retourner là, ils sont au parfum !



                                                                 
                                                 dessin de Mrzyk & Moriceau

dimanche 25 octobre 2015

Une petite mousse ?







 Sculptures - Étienne Gros


 
On m'aurait dit - Viens voir ce qu'il fait Etienne. Des sculptures de corps en mousse à matelas ! Mmmh, j'aurais été un peu dubitative sur mon possible ressentiiiii. Et bien je me serais gourée !

Cela m’émeut. J'ai envie de toucher, de malaxer, de croquer, de me lover tout contre de les serrer dans mes bras d'y enfouir mon nez ...

Finalement, Étienne ne m'invitera surement pas, je risque de lui saloper tout son travail !



























Musique postée à la demande du lectorat, en l’occurrence Antoine.
et peut être aussi pour échapper au sujet sur les grandes filles coquines photographiées avec leur nounours.... 

mercredi 21 octobre 2015

Le train train





L'autre jour, j'étais dans le train. Un train archi bondé. Je sentais les vertèbres du mec de devant et les ... enfin autre chose du mec de derrière. On était secoué dans tous les sens mais à un moment j'ai fini par me demander :

 - Ce type (celui de derrière) ne serait il pas en train de me tripoter ?... Ouuu-i,... effectivement,... aucun doute possible. Justement ce jour qui était un soir, je voyageais léger,... sans sous vêtement quoi,... une commande. Et toc, le train s'arrête et le mec descend.

Appuyée à la portière, je le fixe pensivement et lui qui se retourne, me regarde tout en avançant sur le quai (surement hypnotisé par mon regard pensif) et paf, il se prend un poteau ! Non c'est pas vrai y avait pas de poteau, mais il s'arrête et je vois bien qu'il se demande si il n'est pas en train de laisser filer le coup du siècle, surtout que je continue à le fixer pensivement. Trop tard, les portes se ferment ouvrant mon sourire sur mon air pensif  ...

Bon, bref, tu veux savoir pourquoi j'étais pensive ?

Avant, quand je racontais que je m'étais faite tripoter les fesses dans les transports en commun,
"on" me répondait :

- T'as vu ton cul, aussi ?

Plus tard, quand j'ai dit que je venais de me faire tripoter les fesses dans les transports en communs,
"on" m'a répondu :

- C'est pas un peu inespéré à ton âge ?

Maintenant, quand je me fais tripoter les fesses, je le dis plus jamais à personne !






samedi 3 octobre 2015

Zoubi !



montage de moi - textes de moi et Racine




Aaaaaaah ça f'sait longtemps, hein ? T'as eu peur que ça te passe avant que ça ne me reprenne... ? C'est peut être bien le cas, en fait ! 




Crapoter : Laisser la fumée à l’intérieur de la bouche, sans l'aspirer dans les poumons, avant de la recracher. On doit aussi pouvoir la laisser à l’intérieur d'autre chose sans la faire passer par les poumons...





Claire Diterzi et son grain à elle qui me ravit

lundi 21 septembre 2015

The Keyhole



Par le trou de la serrure, le photographe néerlandais, Erwin Olaf, 
nous fait découvrir son travail sur la honte...



l'humilité, le remord à travers les positions de ses modèles.




Je t'ai sélectionné certaines de ses photos, petit clin d’œil à certains de nos jeux punitifs.
En particulier : Le coin ! Le coin, lieu de mijotage, lieu de réflexion, de confession,
lieu de frôlements, de susurrements menaçants, lieu sacré d'entre deux fouettées.






 
Hindi Zahra - Stand Up

samedi 12 septembre 2015

Plantée

[ ...] plantée, plantée,
Au milieu du désert,
Dont mes rêves sont faits...

En attendant c'est mon ordi qui m'a plantée, le méchant  ! C'est pour cela que j'ai une super excuse pour n'avoir rien posté le weekend dernier...





Pour reprendre l'histoire du grenier et des photos que j'y ai prises, c'est un travail  commencé il y a quelques années pour enfin laisser parler mon corps, si longtemps mon ennemi préféré, que dis-je - Un traitre qui n'en fait qu'à sa tête ! Bref, ces photos prisent à la 6, 4, 2 au retardateur, sont une nécessité déclenchée par un lieu, un objet, une directive qui laisse mon corps se positionner dans l'urgence et révéler ses envies enfouies.... pour faire simple(pouf pouf pouf)




 J'avoue être très méfiante quand aux jeux de pinces. Monsieur Barbu le sait bien qui m'a détachée et récupérée dans ses grands bras musclés pour me déposer sur une chaise alors que je tournais de l’œil. Aussi m'a t-il écrit :

"aurais tu le courage de prélever dans la gamelle de pinces à linge quelques exemplaires et de ...? Oui, je sais, tu détestes....mais mes mains ne seront pas là, et tu pourrais doser la pression ! "

Hors :


la pression des 10 sc du retardateur + la pression des pinces ~ 0 





lundi 31 août 2015

La grande évasion

  Victor Brauner
 











Tu pensais peut être que je me la coulais douce sous les tropiques ? Bernique ! Enchainée dans un grenier j'étais...



 

(je me suis déchainée pour la rentrée)


PS - Cette photo fait partie d'un des thèmes de mes devoirs de vacances, supervisés par Monsieur le Proviseur. J'espère que j'aurai la moyenne... ;)