samedi 2 août 2014

alors alors...

 pêcho sur le net



Alors le jeu commençait. 

Voila, ils avaient bu un verre grignoté un truc (ne jamais commencer de choses importantes le ventre vide) discuté de tout de rien du goût des cerises de l'été...

Alors le jeu commençait. Ils se levaient lui, elle. Lui concentré et actif. Elle concentrée et docile, entièrement à sa disposition, entièrement et déjà offerte, confiante sachant pourtant qu'il lui prenait parfois l'envie d'aller trop loin dans des douleurs qu'elle ne savait apprivoiser.

Donc elle était sa poupée. Il l'habillait d'anciennes chemises ou de robes fines à trois francs six sous. L'attachait les bras en l'air, déchirait et découpait les tissus pour le plaisir du crissement des fibres,  pour le geste précis ou sauvage irrémédiable.

Lui fouettait les reins découverts, lui pinçait les seins surgis, pendant qu'elle tourbillonnait en dérobades à bout de bras. L’embrassait quand il poussait trop loin pour que lui revienne sa poupée aveugle tiraillée sanglotante qu'il finissait par pencher coucher, boire et manger, décorer enficher laper priser sexplorer.


11 commentaires:

  1. Mademoiselle, les années passent et pourtant la maturité qu'elles nourrissent ne suffit pas à empêcher les rustres de jouer à la poupée.
    Une simple robe virginale, un collant à découper, une culotte à ajuster ou un accessoire volé sur l'étale de leurs songes les plus indicibles et les voilà embrochés par l'irrésistible envie de jouer à la barbie, renvoyant toute leur bonne éducation au grenier de la raison... ;)

    RépondreSupprimer
  2. Monsieur effectivement, il est des rustres qui surgissent soudain des polishmen a la tombé de la nuit et se faufilent en section travaux manuels - ciseaux tissus cordes martinets badines au club des Barbies girls

    Ellie

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas si je suis un rustre, mais les poupées Barbie, avec leur air cruche, m'ont toujours donné des envies sévères !...Mais pourquoi les déshabiller ?... Elles n'ont ni seins ni fesses...

    RépondreSupprimer
  4. Cher parrainrustre, vous faites erreur ! Barbie fait du 85 C en soutient gorge par contre c'est vrai que pour la culotte elle achète du 14 ans petit bateau...

    RépondreSupprimer
  5. Pourtant ce soir je suis fatigué, je me disais qu'après la pluie tiède de la douche j'allais sombrer quelque part, un hasard entre le canapé ou le lit. Je ne voulais penser à rien parce que le temps venait de me voler un passé trop proche pour être déjà derrière. Parait-il que cela se nomme le cafard et perso je me fiche bien de son nom car il pourrait bien se définir d'un autre orthographe que ça ne changerait rien. Je n'avais envie de rien, mais la curiosité est plus forte et me voilà ici sans doute pour me rassurer et regarder une page amie. Grand bien m'a pris, ce sont des petits riens qui plissent mes lèvres vers un sourire promis à plus tard. C'est quand même chouette une histoire de poupée....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'inquiètes mon Mikounet, je vais te filer des pièges baygon et une grosse plaquette de chocolat pour chasser tous tes cafards ! :-) :-*

      Supprimer
  6. Jolie chose à lire !!!!!!!!!!!!!!!!!! merci de l'avoir faite partager. Ben mike un coup de splenn étonnant de ta part Oui dur de se retourner et voir de si beaux moments déjà au passé mais la règle de la vie est dure et faut l'accepter. Je ne dis pas que dans ma cervelle rien ne se passe mais allons d'autres aventures nous attendent les uns et les autres

    RépondreSupprimer
  7. Tout à fait Maître Ours. En route vers de nouvelles aventures tout shuss !
    En prenant le temps, tout de même, de laisser infuser le sachet à nouveaux souvenirs, histoire de se culotter la théière...

    RépondreSupprimer
  8. Pourquoi, si l'envie vous prend, de déchirer un léger tissu dont vous aurez recouvert auparavant votre amie pénitente avant de la ligoter, pourquoi donc se faire traiter de rustre? j'en connais qui adorent, qui ont adoré....se laisser découvrir par petits bouts, se tendre au moindre crissement du tissu qui s'évapore par des doigts crochus puis caresseurs...les yeux clos et imaginer quel centimètre carré de peau va être livrée à la seconde suivante....

    RépondreSupprimer
  9. Ça serai pas des vilaines filles qui auraient des fantasmes de viol ça ? pouloum pouloum...

    RépondreSupprimer
  10. vilaine fille=fantasme= pléonasme?
    Toutes les filles, vilaines ou pas, ont des fantasmes...et quelques mecs aussi soyons francs...Mais le fantasme de viol n'est il dévoué qu'aux seules "vilaines" filles? Ou sont-ce les seules à (se) l'avouer?

    RépondreSupprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D