mercredi 11 juin 2014

badinage de charme



Elle est montée chez lui en vélo, avec son téléphone à la main et sa sœur accrochée au bout qu'elle ne pouvait bâcher. Inutile de dire qu'elle est arrivée avec 18 mn de retard. 5 coups de badines prévues par minute de retard ! Je vous laisse faire le calcul, elle était mal partie... Dress code du jour - Nue sous une robe qui ce jour là est brune, avec des bottes d'équitation assorties. Il l'accueille raide comme la justice et rouge d'agacement.

Elle va tout faire pour l'amadouer, faire retomber sa colère. Il fini par se détendre un peu et lui propose un verre de rosé. Ils discutent en buvant mais le moment de payer l'addition approche. Du bout de ses doigts fins et nerveux, Il tripote les différentes badines de charme et de noisetier posées sur la table, fruits d'une cueillette récente faite de concert : Promenons nous dans les bois... ♫♪♪

Elle a toujours beaucoup de mal à se dénuder devant lui, comme il le lui impose maintenant. Son regard impénétrable ? Ou peut-être parce qu'elle-même ne l'a jamais vu nu ?... peut-être d'autres choses sûrement. "Est-ce que si on l'avait fait... " ? Aussi, peut-être... ?
Aucune fessée préparatoire n'est prévue non plus, à son grand dam. Et les revendications non retenues ! Pour cingler et compter, ça cingle et compte. Il prend son temps et une grande attention à bien viser en faisant frétiller sa baguette affleurante deux, trois, fois, sur la chair à marquer. Elle, perchée à genoux, cœur emballé et gorge serrée, sur un siège roulant, dont le dossier bascule sous son corps qui penche à chaque fouettée et la fait crier d'effroi, en plus de l'effet de chaque nouvelle ligne brûlante.
 


Entracte - Pirouette de petite curieuse devant les miroirs de la pièce qui lui révèlent, très indiscrets, le gras du bas de ses fesses, strié à ravir.
Fin de l'entracte - Il la guide vers la chambre : 

- Vous savez ce que j'attends de vous !" lui gronde-t-il. 

Elle s'allonge docile sur la couette et les coussins du lit, toujours juste habillée de ses bottes. Il lui attache les poignets haut dans le dos, se redresse, s'arme et les branches sifflantes entrent de nouveau dans la danse la faisant chanter et danser pareillement.

...La punition finit par finir. Comme les branches ont écorché le haut de ses cuisses sensibles, il la soigne, toujours allongée sur le ventre, avec un désinfectant piquant qu'il laisse couler entre elles exprès, elle en est sûre ! Après s'être plainte, elle insiste poliment, pour qu'il lui pose un linge fraîchement mouillé sur son cul bouillant. Elle adore poser ses mains à plat sur le tissus et sentir cette chaleur humide naître sous ses paumes, pendant que la punition infuse maintenant toutes ses petites cellules grises et laisse vibrer son corps jusqu'aux extrémités, libérée du filtre de ses appréhensions suffocantes et de ses douleurs vives. Il s'absente de la chambre, les doigts de sa main droite se faufilent sous son ventre.


Ellie C. 9 juin 2014




14 commentaires:

  1. c'est bien joli les branche de Noisetiers, mais j'aimerai bien un jour qu'on ramène aussi les noisettes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de noisette, Miky ! Pour cet usage mieux vaut cueillir la branche pendant sa montée de sève pour la souplesse ... Les branches sont des filles pas des garçons ! :D

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Hein que Waldo touche sa bille en photo avec un objectif rosé ? Je lui ai quand même demandé l'autorisation 0:-)
      Merci, Malicieuse Cigogne :)

      Supprimer
    2. Dans ce genre d'image, le modèle est à 80% responsable de la beauté de la photo. Les reste, c'est de la technique. Et encore, pas toujours... Merci à mon modèle, donc, qui m'attire ces compliments.

      Supprimer
    3. Moi, quand j'étais petit (ce qui ne nous rajeunis pas, j'étais fan de modélisme. Mais je n'ai jamais trouvé autre chose que des voitures, des avions ou des bateaux...jamais de jolie fille comme ça....c'est pas juste....

      Supprimer
  3. Serait-ce ce qu'on appelle tomber sous le charme de quelqu'un? On ne badine pas avec ces choses là....
    Des noisettes, des poires, alors que nous sommes au temps des cerises, voilà une belle salade de fruit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salade de fruits jolie jolie... Les Fraises les Cerises les Pêches...ET les Bananes bien sur ! :-*

      Supprimer
  4. Waoh! Le grand jeu. Nue sous la robe, bottes d'équitation et un monsieur rouge d'agacement. C'est vraiment l'agacement qui cause le rouge ou l'effet de la dame si joliment mise en scène?

    RépondreSupprimer
  5. Ah mon avis que je partage ;) l'agacement parfum badine de charme... ou noisetier. Ça, je ne suis pas assez aiguë sur l'effet des diverses essences.

    RépondreSupprimer
  6. Cette histoire hante mes rêveries de lit, depuis 4 jours !

    RépondreSupprimer
  7. WAAaaah, 4 jours ! C'est très flatteur ! :) Dès que celui si sera trop usé, je t'en remettrai un autre ;)

    RépondreSupprimer
  8. (3 poires en forme de morceau ?)
    D'une promenade dans les bois, j'avais ramené une jolie petite branche que je destinais à quelques fesses qui n'existèrent pas. Perdue depuis... Voilà qui clairement me distingue des protagonistes de cette histoire où – pardonnez-moi – je ne sens pas beaucoup le plaisir de l'échange.

    RépondreSupprimer
  9. :) Je vous pardonne bien sur !
    Le plaisir de l'échange est dans l'affection profonde que les deux entretiennent depuis plusieurs années de piapiatages et de jeux divers. Mais il est vrai que je ne le précise pas et qu’apparemment ça ne passe forcément juste dans ma façon de l'écrire ... Le jeu de ce jour là est autant un jeu de battement de badine que de battement de cœur, sinon c'est pas du jeu ! Mais c'est ce qu'on appelle une fessée punitive dans le jargon... faut aimer, ou pas ;)

    RépondreSupprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D