vendredi 9 mai 2014

le cri de l'alouette


photo / ryan-mcginley


Nous sommes assis tranquilles, au restaurant, en train d'apéroter un mélange d'alcool de figue et de jus d' orange et je ne sais pourquoi, il faut absolument que je lui fasse part de la différence essentielle entre une turlutte et une fellation (réflexion toute éllieséenne, je le concède).

Et blablablabla, je lui pointe du doigt que la turlute est joyeuse et généreuse, liée à une notion d’excitation et de reconnaissance éperdue du plaisir donné par "lui", elle découle de la gratitude de mes sens chatouillés de l'attention qui m'est portée , alors que la fellation m'apparaît plus sérieuse, sèche et commandée, comme un avant prélude, sous la forme d'un "agenouilles toi, prends moi dans ta bouche, pendant que j'imprime à ta nuque le mouvement et le rythme que je désire".

En gros j'exprime clairement le fait que je ne suis pas sensuellement fellation, mais turlute à fond. Du moins, j'essaye de confirmer que j'éprouve peu de plaisir à être contrainte à cette caresse, par contre, si mon corps, tout entier envahi par une faim irrépressible de cette caresse, descend sinueusement sur son torse, la fleur de ma bouche à la rencontre de sa hampe, parcourant son ventre et le haut de ses cuisses, à l'écoute de ses... , c'est une turlute, et que décidément, je ne suis qu'une soumise en papier de soie coquelicot.
 
Toute cette analyse, profonde et jaillissante, s'éteint calfeutrée dans ses "chuut, chuuuut" susurrés, toute jubilation benoîtement camouflée, quand il perçoit l'arrêt des conversations de proximité et que certaines oreilles poussent façon lièvre sauvage, chez nos voisins de table ... Ça y est, je me souviens du nom de cette boisson, c'est une boukha !



Ou une bonne sucette, par exemple !

Stanley, interdiction de la piquer ici, avant d'avoir collé une nouvelle fessée !

17 commentaires:

  1. Tes articles c'est un peu comme des bonbons à la fraise. On aime bien, on sait que c'est sucré, et ça fait toujours autant plaisir d'en manger par-ci par-là.

    RépondreSupprimer
  2. La turlutte bien connue des petits rats sous le nom de turlututu et parfois ajouté de "chapeau pointu" (purement accessoire).

    Reste à savoir quoi choisir entre un Irish Coffee et une turlutte ? La première qui répond "les deux" sera privée de sucette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut donc choisir entre la turlute et l'Irish, ou la sucette ? Y a pas photo, Miky ! :-*

      Supprimer
  3. A la lecture de ce post, et des premiers commentaires, deux réflexions m'assaillent (comme disait un de mes vieux pote guerrier Kenyan!)....
    D'une part, irais-tu jusqu'à prostituer ta bouche pour un Irsih coffee? En ces périodes de grave crise économique, voilà une bonne nouvelle, ramenant donc le prix de la turlute (voire de la pipe!) à un niveau financier que les moins de vingt ne peuvent pas connaître!
    D'autre part, ce blog me semblait initialement ciblé sur la fessée....Un fantasme honteusement pervers et une interrogation pointent le bout de leur queue...Serais tu de celles qui peuvent assumer une turlute d'un côté tout en présentant leur postérieur de l'autre afin que des mains ravageuses viennent s'y encastrer, et ce, sans que tes arcades dentaires n'imprimassent un morsure inadéquate sur le membre dont tu attendrais le jus?....
    Serait peut être temps que j'aille faire la sieste moi.....

    RépondreSupprimer
  4. Pendant une fessée j'ai déjà mordu un mollet, une cuisse et la paume d'une main. J'y risquerais pas ma queue si j'en avais une, sauf pour plus en avoir... :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aurais-tu...une dent contre moi?

      Supprimer
    2. Deux dents? dehors? dedans? dehors? Me demanderiez vous chère Ellie, comme dans cette vieille histoire....?
      "Enfin, Monsieur, entrez ou sortez, mais cessez ce va-et-vient stupide!".
      Jerebondis (badaboum) sur ton dernier commentaire plus bas situé..."masturbée en classe pendant des heures....!" et quand je pense qu'on enferme de pauvres enseignants sous prétexte de pédophilie....alors qu'on n'a jamais pensé à enfermer une enfant pour détournement de majeur (ou d'index peut être?)
      Oui, ok, ce n'est pas de très bon goût, quoique parlant de pipe, comme disait ce cher vieux Schmoll...."Tu me regardes comme si.....".....je laisse les amateurs poursuivre la citation!

      Supprimer
    3. Sans les mains, cher ami, en toute discrétion... - La beauté sans geste, la puissance du cerveau !

      Supprimer
  5. Elle ne me semble pas inutile cette distinction, Ellie. Pour ma part j'aime beaucoup la fellation de ta terminologie sur un homme quelque peu stressé et inhibé. Pour le mettre à l'aise de me parler de ses fantasmes... pendant que moi je... Bon je ne fais pas un dessin, mais c'est édifiant comment cette pratique peut délier la langue... du monsieur.

    RépondreSupprimer
  6. Mmmmmh, Isabelle, que de perspectives entrouvertes ! Une "torture" plus efficace que les chatouilles des plantes de pieds, pour leur faire tout avouer ! :D

    RépondreSupprimer
  7. C'est très sympa cette distinction. Je crois que je suis plus joueuse que "douée". Et c'est génial de lire ça ici :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est parce que tu es joueuse que tu aimes venir lire ici ! :)

      Les jeux de fessée sont des vecteur d'émotions qui étendent considérablement les territoires d'émotions sexuelles de certains - Pas des enfants c'est bien connu ;) Enfin dans les faits c'est pas trop courant, mais dans les rêveries, nous sommes plusieurs à avoir pratiqué comme des forcenés (de là à dire que je me suis masturbée en classe pendant des heures il n'y a qu'un pas que voilà franchi) - ... Et donc Never, même ciblé sur la fessée, comme le relève Antoine, peut zigzaguer sur d'autres chemins proches ou plus éloignés, j'imagine... C'est la surprise de la chef ! ;D

      Supprimer
    2. ça ne m'étonne plus que des foules d'élèves de tous sexes sortent de l'école sans savoir ni lire ni écrire parce que détournés du savoir par de perverses pensés poussant leur attentions et leurs mains vers l'entre-cuisses.

      Je vais peut-être écrire au ministre pour lui expliquer que les profs n'y sont pour rien. Il va être content et pouvoir revoir sa copie afin de pondre une vraie réforme de l'enseignement.

      Je suis impatient !

      J'en vois déjà qui préparent les banderoles.

      Supprimer
    3. Il faut qu'on déjeune ensemble, miss Turlutte ! J'aime bien le distinguo !

      Supprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D