jeudi 1 mai 2014

Avril ne te découvre pas d'un fil

C'est heureux, c'est le mois des gros "bâches", pour moi. Ça a commencé avec la naissance de ma Sister et depuis ça ne s'est presque jamais démenti, sur l'ensemble des déclinaisons des thèmes de la vie. Avril, mon mois de maso.



Mais aujourd'hui, c'est : Méfait ce qu'il me plaît. Je retourne en forêt !


 Photo - Gilles Berquet - Mïrka


Et maintenant, tout de suite, un extrait des histoires Délicieuses qui a exactement le même titre que ce post (Incroyable, non ?) Et que tu pourras lire dans son intégralité ici, si ça te branche ... (branche / forêt,  tu fagotes ? ;)



Avril ne te découvre pas d'un fil... 
(les mots pour frémir) - Extrait


"... Retour par la longue départementale, qui traverse la forêt, juste avant la fermeture pour l’entrainement des chevaux. Je roule doucement, la fenêtre ouverte. Je suis seule. Sous les rayons bas du soleil, le sous bois se révèle et l’odeur d’humus chauffé, qu’il exhale, me chavire. 

La voiture décide de s’arrêter. Elle crachote puis se laisse glisser sur le bas côté. Elle me fait le coup de la panne d’essence, aucun doute. Je m’extirpe perplexe. Charlie a-t-il eu la bonne idée de laisser un bidon dans le coffre ? J’ouvre celui-ci, joyeux foutoir, peut être tout au fond ? Je grimpe et accroupie, farfouille. Je n’entends rien venir, quand, une ombre, sur moi, se pose. Je me retourne surprise. Un homme me regarde à contre jour, sa voiture garée un peu plus loin. Silencieux, il tend la main et m’aide à sauter du coffre. Catastrophe, c’est le butor du rond point. Je déglutis (peut être, ne m’a-t-il pas reconnue ?).

- Comme on se retrouve… (et siiiii !)

- Heu, voyez-vous, je pense, que j’ai un petit problème d’essence…

- Ah oui ?... à mon avis vous n’avez pas, qu’un petit problème d’essence, si je puis me permettre ! grince-t-il sans aménité

- Vous ne m’en voulez pas trop, pour tout à l’heure ? dis-je avec un brin de désinvolture pour ne pas trop alourdir l’ambiance. Je ne suis pas exagérément rassurée. Je le sens, un soupçon colérique, un tantinet imprévisible - Vous savez, cela n’avait rien de personnel, c’était juste une question de contexte, d’opportunité ….

Lui, cocotte minute vapeur. Sa soupape siffle agressif :
- Non mais, vous vous rendez compte de la manière dont vous vous êtes comportée, j’espère ?... Vous vous êtes comportée comme une vraie petite peste ! Voilà comment vous vous êtes comportée et les petites pestes, moi, je leur donne de belles déculottées ! 




Ilhwa Hong


Que le Diable m’embroche, Les Mots Magiques ! Les Mots Hypnotiques, échappés de mes rémanences inavouables. Je rougis. Je défaille. Je décolle. Je lévite. Je vais me nicher tout en haut d’un arbre. Je regarde. J’assiste cramponnée.

Il me jauge… Je n’ai pas tiqué. Je n’ai pas pris mes cliques et mes claques. Je ne fais pas ma mijaurée. Ça n’a pas l’air de me tordre le nez… Je suis là, tête baissée à écouter ses mots, attentive, l’œil et l’oreille écarquillés, la bouche légèrement ouverte, aux aguets. Il sent, qu’il a ferré, ce n’est pas le moment de tout gâcher. Un peu de doigté, il s’agit de ne pas rompre le fil.

Il sait, que malgré l’envie, qui me crève, à l’évidence, à la moindre ouverture, j’en profiterai pour me laisser filer, qui sait même, me rebeller, la donzelle !

Il me tourne autour, en laissant gonfler sa colère, sa fébrile impatiente, son désir péremptoire - maintenant tout de suite - difficilement contrôlable. Il me les souffle dans le cou, me les injecte sous la peau, que je sois intimement convaincue, que je n’ai déjà plus aucune alternative, que je peux, décidément, me laisser aller à mon émoi, à mon affolante envie d’appartenance que son désir déclenche.

Il me dit ses petits mots doux, ses petits mots d’amours. Et la petite Ellie, elle frémit, elle flanche, elle tremble dans sa culotte, elle trempe même, ce n’est pas tout les jours, qu’on en entend de cette qualité… Lui, continue à susurrer, les dents serrées, ses - Je vais vous fesser avec soin. Traiter votre petit problème d’irrévérence, comme il se doit. Aux petits oignons, je vais vous rôtir. Vous m’en direz des nouvelles. Vous allez vous régaler, vous pouvez me croire !

Elle se sent enveloppée, Ellie, ficelée, enrubannée. On a des petites attentions, des petites gentillesses sucrées-salées, pour elle. Elle en perd la tête.

- Venez avec moi maintenant ; venez recevoir ce que vous méritez !
(Je mérite quelque chose, moi, ici bas ? J’en suis toute barbouillée. Vraiment, quelle chance !)

Je gargouille un
- oui, mais …

- Quoi « mais » ? Son cou se gonfle. Elle ne va pas commencer à faire sa chipoteuse tout de même ? A poser des conditions et des « peut-être que »… ?

- Si je veux, que cela cesse,… vous cesserez ?

- Ne faite pas l’enfant. Ne soyez pas comme cela, méfiante et compagnie, bien sûr, que je cesserai !

- Vraiment ? C’est bien sûr ?

- Bien sûr, que c’est sûr, plutôt sûrement, d’ailleurs ! … Pas forcement, juste, sur le moment, mais quelque chose d’approchant tout de même. Enfin, si c’est possible, s’il ne s’agit pas d’une interruption de mauvais goût, totalement saugrenue, voir, hors de propos… ! ..."

Ellie C - Juin 2009


Mister Sandman bring me a dream

6 commentaires:

  1. Et voilà, encore une perle signée Ellie.

    Moi ça me fait Ellie coït dalle ( mais non pas dalle, ça fait "que dalle" alors que ce n'est même pas vrai. ) Ben oui c'était juste pour le jeu de mot.

    RépondreSupprimer
  2. Mister Sandman, bring me a dream...j'adore trop....Tout comme les balades en forêt d'ailleurs....
    On se demande bien de quoi sont peuplés les rêves de notre chère Ellie....

    RépondreSupprimer
  3. Peut être bien d'une hélice à coït... :)

    RépondreSupprimer
  4. juste histoire de t'envoler de la réalité?

    RépondreSupprimer
  5. Elle l'y a dit d'aller siffler là-haut sur la colline
    De l'attendre avec un petit bouquet d'églantines... Et elle l'y a rejoint !

    RépondreSupprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D