samedi 8 mars 2014

Snake on the moon

Je me suis bien souvent servie de mes lectures ou de l'écriture pour pré-vivre mes expériences, les plus déterminantes. Émotivité à étirer ou plaisirs  multipliés et conjugués... ?


pécho sur le net
...
D’une secousse, il l’allonge, bien centrée sur ses cuisses. Maintenant, elle lui appartient. Tout ça, est à lui ! … Il remonte sa petite robe, puis, pendant qu’il lui maintient, d’une main, la tête courbée, il lui ôte entièrement sa culotte, de l’autre. 
 
Sa main de propriétaire se pose sur la peau frissonnante de son postérieur dénudé... Il va lui faire sa p’tite affaire. Du travail soigné ma p’tite dame. Du comme on en fait plus, au quart de p’tit poil. Elle ne va pas regretter d’être venue. Elle va peut être même en redemander, qui sait ? Elle couine, elle halète. La croupe bien en évidence, elle reçoit tout ce qu’il lui donne avec gratitude. Elle encaisse.

  • Non, non, non !
  • Oh que si, bien sur que si !

Il serait temps tout de même, qu’elle se mette dans le crâne, qui décide ici !
Et puis, c’est un fait, qu’elle lui fêle le tympan avec ses piaillements. On en est pourtant qu’au tout début… Il faudrait bien qu’elle comprenne, que les choses sérieuses sont à venir et qu’il vaudrait mieux pour elle, qu’elle s’économise niveau lamentations !

Je le sens sur moi, qui se penche, sa chaleur, sa respiration, son bras qui s’enroule autour de ma taille, tandis que cliquète la boucle métallique de sa ceinture suivit du souple « switch » du cuir sur le tissu. Affolement, tremblements, le corps, le cœur en secousse. 

Il la cingle copieusement, allègrement, même. Elle cabre en ‘U’, comme si, peut être, elle pouvait se soustraire. Comme si, peut être, ses rondeurs pouvaient disparaitre.

  • AAAh non ! Pardon, pardon, s’il vous plait, pas ça, pitié, non, pas la ceinture, hulule t’elle.

Mais qu’est ce que c’est que cette comédie, qu’elle lui fait, là ? C’est invraisemblable ! Veut-elle bien se soumettre ? Et d’une poigne vigoureuse, il appuie sur sa nuque, jusqu’à l’enrouler, quasi sous ses cuisses.

D’au dessous, je vois la ceinture glisser au sol et la fessée reprend. Instinctivement, je cambre, je tends, à la rencontre de sa main, mes fesses devenues dociles. Je sollicite pleine de bonne volonté. Je gémis avec l’espoir qu’il oublie, définitivement, le serpent de cuir dans les frondes de fougères.

Quand il s’interrompt, elle voit, à nouveau, la main qui cherche et tâtonne…

  • Slatch, slatch, ouille, aille, slatch!
Elle danse, tortille follement, s’agite et se dévoile avec enthousiasme.

  • Mais vous êtes une véritable petite dévergondée ! Aucune pudeur, voulez vous vous tenir correctement ! Qui donc vous a élevée ?
    ...



Du temps ou je vivais dans mes troublants dessous, fantasque flammèche folâtre, je m'interrogeais sur la fessée et ses éventuels instruments... Cette histoire de ceinture, était ce du lard ou du cochon ?



16 commentaires:

  1. Depuis que la ceinture de sécurité est obligatoire, on conduit bien mieux les belles carrosseries, mais attention aux rayures.

    RépondreSupprimer
  2. Je n'avais jamais fait le parallèle avec la rondeur de certaines belles carrosseries...
    C'est pour cela que je ne reconnais que les Jags, les Harley, les Guzzy California aussi ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Point de snobisme, simplement du bon goût ! la femme est une oeuvre d'art et je ne doute point que les stylistes en prennent modèle.

      Supprimer
    2. Disons que la notion de snobisme est aussi rattachée a la notion de mode et au regard des autres et ça, ça m'est complètement étranger. Sinon comme dit Mike j'ai le plaisir des jolies choses, le plaisir des yeux surtout ! :p

      ... Et pour le gouter je voudrais un crouton de baguette croustillante planté d'une barre de chocolat noir poulain.

      Supprimer
  3. Très joli extrait, j'adore la façon dont il est écrit ! :)

    RépondreSupprimer
  4. Je fais bien le méchant Monsieur, hein Lee ? ;D

    RépondreSupprimer
  5. Jolie photo...enfin la deuxième...très jolie marque....pas une Jag ni une Harley à mon avis...plutôt un Tawse non?....mais faire un "tout droit"...sur une aussi jolie courbe, est ce bien raisonnable? Risque de dérapage plus ou moins contrôlé....!!!

    RépondreSupprimer
  6. Ces engins sont effectivement difficiles à conduire surtout dans les virages. Attention danger, douleurs submergeantes et rupture des digues lacrymales.

    RépondreSupprimer
  7. Joliment écrit et instructif. Plusieurs mots que je ne connus pas. Un plaisir d'apprendre le français dans de telles conditions !

    RépondreSupprimer
  8. Ahahaha ! Je suis sur que ma prof d'Allemand aurai été bien plus contente de moi si nous avions travaillé la préparation de quelques textes sur ce sujet, ça ne laisse aucun doute ! Merci Isabelle ;)

    RépondreSupprimer
  9. Mein Liebe
    Toute envie de me rapprocher de vos fesses, maritalement ou d'aucune autre manière, toute envie ou idée m'ont abandonné depuis si longtemps, vos égarements étant tellement licencieux et hors de portée de mes mains qui pourtant se sont tant languies et alanguies d'elles et de vous, dans l'attente d'une hypothétique conjoncture.
    Je m'en étais résolu à me morfondre de vous, attendant la mort au fin-fonds de mon antre, non pas ma mort, mais la mort de mes désirs inassouvis de toucher enfin un jour ou un soir la texture opalescente et soyeuse de votre épiderme fessier...Par moment, par folie, par pur masochisme peut être, il m'arrivait de venir lire vous errances culières sur votre blog, abreuvant mes neurones des quelques images que vous y adjoignez, m'imaginant au fil des semaines y découvrir une nouvelle fois les nuances délicates de vos courbes, buvant comme des lampées de schnaps vieilli les lignes que vous y déposez, coulant dans ma gorge et mes yeux, retentissant à mes oreilles lorsque je les proférais à haute voix dans ma chambre solitaire, au fond de mon lit abandonné par tout autre être vivant que moi, faisant aller et venir ma dextre sur la hampe que vos écrits faisaient surgir sous mon bas-ventre afin de soulager une tension sexuelle que je ne pouvais plus retenir.
    Oh, je vous l'avoue chère, tendre et délicate Ellie, je ne fis pas vœu d'abstinence depuis ces si longues semaines où vous n'avez daigné répondre à mes itératives demandes en mariage. Mon sexe ruteux a pu se satisfaire en de frêles instants des bienfaits des professionnelles abonnées aux tavernes louches et sombres de ma contrée autrichienne, mais en chacune de ces occasions qui me font honte, j'ai fermé les yeux à l'instant subliminal précédant la jouissance bestiale, imaginant ma verge enfoutrant votre cul tant adoré....Et ce n'est qu'ainsi que j'ai pu réussir à survivre depuis tant de semaines.
    Le temps passant, je commençais à faire mon deuil de notre histoire morte-née, telle un fœtus jeté dans la poubelle après un avortement libératoire....
    Quelle erreur viens-je de faire....lire votre dernier commentaire sur votre dernier post....Ainsi, vous avez, au moins partiellement pratiqué notre sublime langue Goethienne...Vous m'aviez caché ce détail, Meine liebe cheri ...Daher ihre Einzelbucht umfassen deutsch ….Und meine Hände könnten Einfuhrsteuer für ihre größten Vergnügen ….ach...
    und meinem Geschlecht bringen die Anerkennung verdient ….
    Funeste après-midi que celle d'aujourd'hui...me laisserez vous donc éternellement dans ces affres ?

    RépondreSupprimer
  10. Meiner Meinung nach, lieber Baron, c'est que "éternellement" n'existe pas. Ré-jouissez vous !
    (Je sais, cela fait très court derrière votre longue tirade...)

    RépondreSupprimer
  11. j'ai toujours su que les serpents étaient de sales bêtes ... et vicieuses, en plus! ;) :D
    Bisous, Ellie :)

    RépondreSupprimer
  12. Oui hein ... Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos fesses ? Là, c'est même la question qui est vicieuse ! ;D
    Bisous de mars, Emma :)

    RépondreSupprimer
  13. Les ser..panpanculcul?
    A quand le bisou de notre chère Venus?

    RépondreSupprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D