dimanche 16 février 2014

Dominator...

Y en a pour qui la vie est d'une évidence blanche ce qui n'est absolument pas mon karma "à la gratte moi là".

Il y a quelques mois je me suis définitivement rendue compte que je n'étais pas une vraie masochiste. Non, aucun plaisir à travers la douleur pure pour moi, juste du chagrin. Quelques temps auparavant, je m'étais déjà persuadée que je n'étais pas une vraie soumise... Que faisais-je là ?



Je regarde mes croquis quand je suis perdue, 
retrouve mon sentier et sertis ses talus
de petits cailloux opalins, 
ramassés sur d'autres chemins.


Mes croquis c'est aussi les 5 aventures Délicieuse (ment pleines de fautes). La dernière parle d'ailleurs du désir de rencontrer une fois, en vrai, quelqu'un qui aime profondément ces jeux de fessée... et voila ou ça te mène !

Et donc, pour l'occasion présente, c'est l'aventure n° 3 Mister blue sky qui m'a été utile. Cette histoire, qui m'est arrivée jusqu’à la moitié du récit : "C'est bien là le problème, ce « je ne sais trop quoi ! » et nous quittons la tour... ", montre que je suis entièrement prédisposée, malgré mon caractère, pas petit, à me laisser  totalement dominer par certaines personnes. Mais cette fascination extrèmement jouissive me fait généralement fuir, par peur de ne plus rien contrôler. Et pourtant... C'EST ÇA QU' EST BON !



Alors oui, je recherche à être soumise, mais il s'agit plus d'une question d'alchimie et d'instants que de volonté ou d'état permanent. Et encore, cette soumission ne concerne telle pas forcément toutes les facettes d'une relation possible entre deux personnes.


http://vimeo.com/64061379

10 commentaires:

  1. Au pied du mur gris les fleurs poussent à l'ombre.... Uniformes toutes ses briques posées puis un jour, au dessus le vol des flamands roses et dessous le fracas des joints qui s’effritent entraînant les pierres au sol. Enfin la lumière pour celles et ceux qui humblement ne garderont pas les yeux grands ouverts face au soleil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et mon grand Mike a vu bien des petits cailloux de ce post... :)

      Supprimer
  2. Un des meilleurs titres de pink Floyd. Je n'ai pas résisté à l'écouter une fois de plus. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous aussi, assred06, ce titre vous transporte, je vous rajoute le lien du making of :
      http://www.youtube.com/watch?v=Vr1T-uvg_vU

      Supprimer
    2. Merci pour ce lien - il me semble l'avoir déjà vu (soit il s'agissait d'un documentaire sur Pink Floyd soit il s'agissait d'un bonus du double DVD Pulse). Je suis un grand fan...

      Supprimer
  3. Tout cela est bien tortueux...enfin comme dans n'importe quel esprit féminin semble t il...à ma connaissance....Alors que la pensée masculine est tellement plus simple et directe...
    Question : "Tu veux que je te fiche une trempe?"
    Réponse (souhaitée!) : "Oui!".
    Point barre....ah si ça pouvait vraiment se passer ainsi....Mais non, vous, vous préférez les "Dominator" et ' par tous les chemins de) traverse!

    RépondreSupprimer
  4. Mais voyons, c'est pas dans le texte ça : "Oui" tout court :p

    RépondreSupprimer
  5. oui tout court???

    Ah ! Non ! C'est un peu court, jeune homme !
    On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme...
    En variant le ton, —par exemple, tenez :
    Agressif : « moi, monsieur, si j'avais de telles fezzes, (désolé c'est pour la rime!)
    Il faudrait sur le champ que l'on me les frappasse ! »

    ce n'est qu'un début..la suite mérite du temps et de la réflexion....

    RépondreSupprimer
  6. Signé Edmond Rossand ? :)

    (...Cyrano - Gros homme, si tu joue je vais être obligé de te fesser les joues !...)

    RépondreSupprimer
  7. Edmond Roustons?

    Une petite suite..j'avoue être resté un peu sec sur le "lyrique"..si quelqu'un a une idée, je lui cède ce vers...(pas ce verre...ça jamais!!!)

    Ah ! Non ! C'est un peu court, jeune homme !
    On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme...
    En variant le ton, —par exemple, tenez :
    Agressif : « moi, Madame, si j'avais de telles fezzes, (désolé c'est pour la rime!)
    Il faudrait sur le champ que l'on me les frappasse ! »
    Amical : « mais il doit tremper dans votre tasse :
    Pour l'attendrir avant que je ne le tape ! »
    Descriptif : « c'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap !
    Que dis-je, c'est un cap ? ... il n'est pas minuscule ! »
    Curieux : « Ah bon ? Vous aimez donc qu'on l'encule ?
    D'écritoire, Madame vous aimez qu'il servasse ? »
    Gracieux : « aimez-vous à ce point les salaces
    Que maternellement vous vous préoccupâtes
    De tendre ce perchoir à leurs grosses papattes ? »
    Truculent : « Madame, lorsque vous êtes fessée,
    La chaleur des claq' vous sortent-elle du nez
    Sans qu'un voisin ne crie au feu de cheminée ? »
    Prévenant : « gardez-vous, votre cul entraîné
    Par ces claques, de tomber en avant sur le sol ! »
    Tendre : « faites-lui faire un petit parasol
    De peur que sa couleur au soleil ne se tane ! »
    Pédant : « l'animal seul, Madame, qu'Aristophane
    Appelle «  c'est trop beau on dirait des pomelos »
    Dut avoir sous la main tant de chair sur tant d'os ! »
    Cavalier : « quoi, l'amie, ce cul est à la mode ?
    Pour prendre son panard c'est vraiment très commode ! »
    Emphatique : « aucun' dent ne peut, cul magistral,
    Te bouffer tout entier, excepté le rasqual ! »
    Dramatique : « c'est la Mer Rouge quand il saigne ! »
    Admiratif : « pour un grand fesseur, quelle enseigne ! »
    Lyrique : « est-ce une conque, êtes-vous un triton ? »
    Naïf : « ce monument, quand le visite-t-on ? »
    Respectueux : « souffrez, Madame qu'on vous salue,
    C'est ce qui s'appelle avoir troufignon sur rue ! »
    Campagnard : « hé, ardé ! C'est-y un cul? Nanain !
    C'est queuqu'navet géant ou ben queuqu'melon nain ! »
    Militaire : « pointez votre cavalerie ! »
    Pratique : « voulez-vous le mettre en loterie ?
    Assurément, Madame, ce sera le gros lot ! »
    Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :
    « Le voilà donc ce cul qui attend donc son maître
    Et voici l'harmonie ! Il en rougit, le traître ! »



    Une chose est sûre..il n'est pas question qu'on te l'amputâsse !!!!

    RépondreSupprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D