dimanche 12 janvier 2014

Tu me nourris et tu m’abreuves

Helen von Unverth


Tu me nourris et tu m’abreuves

Près de la station, je t’attends. Tu me retrouves et tu m’emportes dans cette drôle de pièce voûtée et "raisonneuse", aux objets bizarres et froids - ton blockhaus. Tu me nourris et tu m’abreuves et m’amène en douceur à me bander les yeux.

Je suis la fille du chaperon comme l’oiseau que l’on rend docile en lui ôtant la vue, sans pourtant l’affoler. Je ne suis plus qu’attention à ce que je peux percevoir, bruits, odeurs, déplacements, touchers, intrusions, intromissions. Les bras levés attachés par les poignets, je respire ton souffle, je sens l’air qui remue sous tes frôlements, tes lèvres incroyablement douces sur ma peau.

J’essaye de reconnaître le jeu de la fessée-punition que je connais. Mais ce n’est pas lui, c’en est un autre. Encore un autre ? Mais combien y en a-t-il donc ? Un par homme ? Moi, je voulais en faire le tour du tout. Cela ne va pas être possible, alors ?

En attendant mes oreilles entendent le glissement doux de ses pieds déchaussés sur le sol. Comme un grand animal, il m’enveloppe dans sa danse déshabillante, me fesse, me fouette, me détache et accroche mon regard dans lequel il s’empresse de s'installer de scruter pour me voir, dedans, pour trouver mes réponses à ses questions. Je lui tends celui d’une fille qui revient de ses ailleurs. Tu me nourris et tu m’abreuves…

Ellie C. 2014 

18 commentaires:

  1. Récit seulement rêvé? Ou juste vécu, comme tendraient à la faire croire ces bougies?
    Troublant en effet, et étrange...

    RépondreSupprimer
  2. Troublant parce qu'intime surprise ? Éclairage particulier de nos relations particulières... Mais surement avez vous déjà exploré, tous deux, ce genre d’ébahissement :)

    RépondreSupprimer
  3. C'est le genre d'atmosphère somnolente quand ou traîne au lit entre deux plongeons semi-conscient. On se laisse aller, on se laisse porter sur les vague d'une envie à peine ébauchée qui va sans conduite et nous emporte.

    Revenons sur terre, Ben parce que pour ce qui est de s'abreuver, j'attend !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien j'ai vu récemment dans une recette pour arriver a bien faire les trois couches de l'Irish que cette boisson était particulièrement recommandé pour se cocooner l'hiver et alors nous sommes l'hiver ... C'est qui qui devait payer son coup pour le rencard de janvier 2014 déjà ? ;)

      Supprimer
    2. Pas de mémoire moi.... Ce doit être l'alcool.

      Supprimer
  4. Petit bandeau affûteur de sens. Comme il est beau, ce texte.

    RépondreSupprimer
  5. C'est fou comme ce petit bandeau aide aux abandons et à d'autres "visions" :)

    RépondreSupprimer
  6. c'est fou ce que l'on peut trouver comme fautes d'orthographe dans ces posts, dans les commentaires divers et variés...mais comme il y en a encore plus dans le post initial, on ne peut guère en vouloir aux intervenants...Ok, ça n'a aucun rapport avec le sujet, quoique....Avec un bandeau sur les yeux, l'orthographe serait plus difficile?
    Cela dit, il y a dans tous les commentaires des posts de notre hôte, la charmante Ellie, un sujet redondant qui redonde abondamment...l'irish coffee...ESPECE D'ALCOOLIQUE.....!!! (ce n'est nullement une critique -ne jetons pas la pierre Pierre...- juste une constatation!)

    RépondreSupprimer
  7. Je l'ai déjà dit les "FOTES" c'est exprès pour en prendre une bonne. Et je m'applique sans effort... Une seconde nature ! :p

    RépondreSupprimer
  8. Et d'abord, c'est vachement arbitraire l'orthographe. Parce qu'il y a quelqu'un qui a décrété que tel mot s'écrirait ainsi ou que tel temps devait être employé comme ça qu'il faut aveuglement obéir ? Mais pour qui ce prend ce Monsieur Orthographe ?!!
    Une seule chose positive dans ce dikta, c'est comme le dit Ellie, ça permet de transgresser pour en prendre une.
    Poure le raiste, saver-vou hou voux pouvé maitre vaux raigles Mocieur Aurtografe ?

    J'ai bon normalement là ? J'ai droit au bandeau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mike...ne me dis pas....tu bandes? ohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh.......(désolé je suis pas ambidextre....seulement définitivement hétéro...ne te méprends pas...!!!)
      Ellie...ramènes tes fesses, qu'on cause sérieusement.....!!! (et plus si affinités)

      Supprimer
    2. Mike, tu as droit au bandeau ET à la planche cœur ! :D
      Antoine est ce qu'il faut aussi que je ramène ma fraise ?

      Supprimer
  9. tes fesses en pomme, tes seins en poire...et mon scoubidou bidou ahhhhhhhhhhhhhh....ça devrait faire l'affaire!!

    RépondreSupprimer
  10. Ahahaha ! La fessée c'est pour les fessiers, le blog c'est pour les abdos !

    RépondreSupprimer
  11. J'aime bien le coup du bandeau. On ne peut pas faire ça avec tout le monde ; ou plus exactement, certaines ne le ressentent pas dans un sens positif, pour leurs sens, justement (ah ah). Mais en général, c'est assez probant...
    Un très beau texte, encore.

    RépondreSupprimer
  12. Au royaume des voyants, le bandeau est roi !

    RépondreSupprimer
  13. @Waldo, vous me rappelez Devos avec son sketch "le plaisir des sens"... Bien sur il s'agissait de sens interdits, mes préférés !
    Et merci ! :)

    @Mike : Encore une perversion ! :D

    RépondreSupprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D