vendredi 17 janvier 2014

Magicien d'Ose

 

Marc Chagall


J'aime les magiciens, ceux qui vous devinent, ceux qui vous surprennent, ceux qui vont plus loin que vos rêves, les couillus, les fondus, les fantaisistes, les artistes, les aventuriers ... Si vous rencontrez un magicien ne lui lâchez pas la main, il vous emmènera dans vos voyages. J'aime les magiciens. Pas les illusionnistes.



10 commentaires:

  1. Sourire ..il y a ceux qui leurrent nos sens , et ceux qui prennent non sens !
    J'aime les magiciens ceux qui se servent des mains , l'illusion de certains refrains rend parfois peau de chagrin ..
    Un blog plein d'humour ..:),

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUuuuh mais je nous sens parties pour un poème à quatre mains sur les magiciens qui ont du chien et qui d'un rien consument l'essence de nos contresens ! ;)

      Supprimer
  2. Un magicien qui ose, c'est mieux qu'un magichien qui ronge son oz.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'il en existe un en Belgique. D'ailleurs, c'est bien connu, seuls les Flamands osent!

      Supprimer
    2. Houa, ha, ha, ha, ha ! Trop bonne celle là.

      Tien j'ai bien envie de m'écouter un Pink Floyd.

      Supprimer
    3. Et bien Messieurs, je crois que vous vous êtes trouvés ! Manque plus que Waldo ze crois...

      Supprimer
  3. Devant cette salve de calembours, et puisque notre hôtesse me le suggère, je vous dis un petit bonsoir.
    Bien qu'appréciant le rosé, et même le rouge, qu'il soient dans un cristal ou sur un joli cul nu, On peut habiter Bruxelles sans être ni Belge ni Flamand... Mais il n'est pas faux que souvent, ici, les Flamands osent !...
    Pink Floyd, mince, ça fait longtemps que je n'ai plus pratiqué. L'idée n'est pas mauvaise !...
    En remplaçant les joints par... Du rosé ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un "Dark side of the moon" c'est de circonstance M waldo.

      Supprimer
  4. Le retour du Baron.
    Que ces mots agencés un peu différemment me sont doux. Le retour du bas rond, sur vos mollets que j'imagine si bien galbés!
    Le Baron a sauté cette année (n'ayant rien de mieux à sauter, et en fait forcé et contraint par l'inéluctabilité calendaire) dans un désarroi de plus en plus névrosant.
    Oui, vos mollets enjolivés de bas, s'arrêtant au milieu de vos cuisses me font rêver, et je l'avoue, bien moins de ce que j'imagine et fantasme des centimètres sus-jacents. Le tout haut de vos cuisses et vos fesses ultérieures. Je n'en peux plus d'attendre de les voir enfin, de les toucher, de les palper, de les masser, de les pétrir...allez, je me lâche...de les fesser...enfin...nous quatre enfin réunis! Vos deux fesses et mes deux mains, avec pour arbitre....oui, le pendule horizontal qui saurait enfin sonner l'heure de nos amours, s'introduisant enfin dans vos entrailles que mes nuits agitées et sans sommeil chérissent déjà tant! J'ai honte de vous l'avouer, mais mes draps et la paume de ma main s'en souviennent tous les matins que Dieu fait, alors que j'ai étreint d'une dextre agitée ce membre qui se dresse spontanément dès que je pense à vous, à votre cul....qui hélas, s'étale (enfin, non tellement il me semble beau et fin) sur quelque page internet que je fréquente, à la recherche de la moindre once de réponse de votre part, et qui se refuse toujours à moi, et aux mille plaisirs rougissant (telle ma verge en émoi!) que je pourrais lui procurer.
    Oui, je saurais vous fesser et vous faire jouir mieux que quiconque si vous me donniez ne serait-ce que l'ombre d'une esquisse de début de commencement d'une acceptation à ce que mes mains et mon esprit réclament depuis si longtemps! Que mon corps tout entier prolongé par mes mains chaudes et battantes et votre cul se rencontrassent enfin afin qu'ils s'unissent pour le meilleur et surtout le meilleur, et qu'ils alunissassent enfin dans une contrée tellement merveilleuse qu'elle n'existe même pas dans les livres!
    Bon bref t'arrêtes tes conneries, et je te fesse quand? (oups je crois que le Baron vient de perdre sa majuscule!!)
    .Je saurais être le magicien de vos jours et de vos nuits, et attiser ma b(r) aguette magique jusqu'à vous entendre hurler de bonheur et me demander grâce ou encore! Je sais que notre piste de jeux sera peuplée d'étoiles, et vos fesses constellées de ...merde trop tard....!!!
    Je baise (comme lors de toutes mes nuits agitées par nos non-encore émois) votre cul majestueux et magnétiquement attirant
    Votre dévoué et désolément esseulé Baron (avec ou sans majuscule)

    RépondreSupprimer
  5. Comment voulez vous Baron, comment, oui, voulez vous, non, que je vous pneumatique un "oui" qui risquerait de me priver de vos longues tirades érotomaniaques, déclenchées par nos "non encore émois", comme vous les nommées si justement, qui ré-jouiront mes vieux jours, si je ne me fais pas jarter des lieux pour impudeur exhibitionniste notoire ?

    RépondreSupprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D