dimanche 6 octobre 2013

Les chieuses...

  c'est comme le bon vin ... J'en sais quelque chose, je fais parti du club !




Wolin préfère être incinéré. Sa femme Maryse trouve l’idée idiote : «Et on les dispersera où, tes cendres ?». Réponse : «Tu les balanceras aux chiottes, comme ça chaque fois que tu t’assoiras sur ma tombe, je verrai ton cul.» 

23 commentaires:

  1. Je suis pour. Les chieuses, pas besoin de chercher des prétextes pour les fesser !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les chieuses c'est pratique, ça saoule en plus ! :D

      Supprimer
  2. Réponses
    1. D'Ellie cieuse comme certaines histoires... ;)

      Supprimer
  3. Du coup je me demande dans quelle catégorie je suis rangée moi? Les déesses? Les parfaites? Les sublimes?
    J'hésite...

    RépondreSupprimer
  4. Depuis ce post, le Papier toilette vient de prendre 15 points à la bourse. Les chieuse vont sauver la croissance.

    RépondreSupprimer
  5. La croissance des bourses? Je pensais plutôt qu'elles risquaient de les vider....!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça la croissance, vider pour remplir. (Consommer pour acheter)

      Bourse y côte !

      Supprimer
  6. AAAAAH Wolinski, incontestablement celui qui dessine les femmes les plus bandantes. et pourtant son dessin reste très simple, c'est rare d'être aussi érotique en quelques traits. Un grand analyste du désir. Je me rappelle une histoire où un homme dans une soirée entre ami dit d'un air sombre et réfléchi : "Ma bite n'aime pas les mêmes femmes que moi". c'est assez fort je trouve.

    RépondreSupprimer
  7. ..."Les bites" ne sont pas raisonnables... ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon? parce que tu crois que les mecs le sont? Sans parler des chieuses d'ailleurs...Cela dit, il est un âge ou la "raisonnabilité" n'est plus vraiment de mise...

      Supprimer
    2. ZZZzzzzzzzzz...Je veux dire que dans toutes notions de désir et de libido, la raison peut aller se rhabiller.

      Supprimer
    3. Dans l'hsitoire de Wolinski la femme du type lui dit que sa bite est beaucoup plus intelligente que lui. "Lui" aime les femmes qui lisent de la poésie romantique, et sa bite aime un tout autre type de femmes mais Wolinski le raconte très bien, beaucoup mieux que moi. C'est l'éternelle dualité chez beaucoup d'hommes entre le la femme idéale et celle que l'on désire, freud parlait du "courant" tendre et du courant sensuel.

      Supprimer
    4. Encore une histoire de courant alternatif ! :D

      Supprimer
  8. C'est marrant ça, l’informatique passe de 6 bites à 12, puis 32 et 64.... Et moi ce serait plutôt l'inverse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi ce serait plutôt l'inverse.... Mmmh.
      Mike, ôte-moi d'un doute, on parle bien de bites, pas de pipes ?

      Supprimer
    2. Pas de pipe bien sûr ! T'es bourrée ou quoi ?

      Supprimer
    3. Bourrée, je sais pas, mais culottée....pas toujours à ce qu'il parait...enfin c'est elle qui le dit et l'écrit....

      Supprimer
    4. En vrai, je mens comme je respire !

      Supprimer
    5. Chieuse...menteuse...et puis quoi encore...? Au moins, toi tu sais te vendre...enfin, bon pardon, personne n'a encore discuté tarif....!!

      Supprimer
  9. Mike l'homme qui avait 64 bites dans l'ancien temps ... :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour tirer à répétition ça peut être sympa..on l'appelait kalashnikov dans l'ancien temps?

      Supprimer

Chuis désolée mais pour l'instant je suis punie de commentaires chez Blogger, mais je me vengerais... Tu auras compris que ce n'est plus le cas, mais ça me rappelle le bon vieux temps ! :D